Environnement, Société, Tourisme

Turquie : lourde amende pour les cueilleurs de jonquilles de mer

Afin de protéger la flore endémique de la côte méditerranéenne turque, les personnes qui auront la mauvaise idée de cueillir des jonquilles de mer pour agrémenter leur intérieur seront condamnées à une lourde amende. Dans la province d’Antalya, les jonquilles de mer qui poussent uniquement sur les dunes sont en danger. En effet, encore très nombreuses il y a quelques années, les jonquilles de mer disparaissent peu à peu du paysage côtier. La situation est critique et les amoureux de la nature ne cessent de tirer la sonnette d’alarme.

L’industrie touristique et ses activités connexes nuisent considérablement à la protection de l’environnement naturel des côtes méditerranéennes de la province. Évidemment, les dunes, dans lesquelles poussent les jonquilles de mer, ne sont pas en reste et ce sont ces fleurs qui subissent en premier ce fléau.

Par ailleurs, en raison du manque d’informations concernant les particularités de ces fleurs et leur disparition, mais aussi par insuffisance de conscience écologique, le nombre de personnes qui cueillent ces fleurs et emportent les bulbes pour les replanter dans leurs propres jardins ne cesse d’augmenter. Si cueillir une fleur peut paraitre anodin, ne vous y trompez pas. Non seulement nous contribuons un peu plus à la destruction de notre écosystème, mais c’est aussi notre portefeuille qui risque d’en payer les conséquences.

En effet, afin que chaque année nous ayons encore le plaisir d’admirer le tableau floral que nous offrent les paysages côtiers de Turquie, les autorités ont décidé de mettre en place dans le cadre d’une loi environnementale une amende de 38.751 TL à toute personne qui cueillerait cette fleur endémique et menacée. Une somme qui devrait refréner toute envie aux touristes et aux locaux de s’offrir un bouquet de jonquilles.

Néanmoins, encore peu de mesures – si ce n’est aucune – ont été prises pour protéger les jonquilles de mer des activités touristiques, un secteur économique bien trop lucratif pour l’économie de la région et du pays pour les pousser à mettre la main au porte-monnaie alors que l’industrie est déjà mise à mal.  Reste alors à développer une conscience environnementale …

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *