International, Politique, Société

La Turquie se rappelle le coup d’État manqué

Ce week-end, en Turquie, on commémorait les deux ans de l’échec du coup d’État du 15 juillet 2016. Pour l’occasion, de nombreuses cérémonies ont été organisées à travers le pays tandis que le président s’est adressé aux citoyens turcs à Istanbul et à Ankara.

Il y a deux ans, les citoyens turcs descendaient dans les rues pour faire face aux putschistes et défendre la démocratie. Plus de 250 personnes ont perdu la vie cette nuit-là tandis que 2000 autres en porteraient les stigmates. Une nuit qui a marqué profondément l’histoire du pays et que l’on se devait de commémorer deux ans après.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/tentative-de-coup-detat-en-turquie/

Après une cérémonie religieuse dans une mosquée d’Ankara, le président a participé à un déjeuner à Beştepe avec les proches des victimes du coup d’État raté. Le président Recep Tayyip Erdoğan a alors déclaré : « Nous n’oublierons pas le 15 juillet et ne permettrons pas qu’il soit oublié ».

Dans un communiqué publié par le quotidien Hürriyet, Recep Tayyip Erdoğan, qui a survécu à cette tentative de renversement de l’ordre constitutionnel alors qu’il se trouvait dans la province égéenne de Marmaris en vacances et qui a exhorté les citoyens à faire front face à ceux qui avaient pris les armes et bloqué le pont du Bosphore d’Istanbul, bombardé le Parlement, ou encore pris d’assaut les locaux de certains médias, a tenu à féliciter encore une fois la nation turque : « Notre puissante nation, qui a ignoré les armes dirigées contre elle et qui a résisté aux traîtres, a remporté une victoire sans précédent grâce à son courage lors de la nuit du 15 juillet ».

Par ces actes de bravoure individuels, « la Turquie n’a pas seulement déjoué un coup d’État le 15 juillet, elle a aussi sauvé la dignité et la réputation de la démocratie dans le monde entier », a déclaré le président qui a été réélu pour un second mandat le 24 juin dernier, date qui marque aussi le passage officiel à un système présidentiel. Y faisant référence, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que « la sinistre tentative visant à prendre en otage la volonté nationale a permis à la démocratie turque de se frayer un chemin […] Le système présidentiel représente l’assurance que le 15 juillet et toute tentative similaire de tutelle soient enterrés une fois pour toutes. Avec la permission d’Allah, aucun pouvoir illégitime n’aura le courage de mettre la main sur la volonté de la nation ».

Le président qui a tenu plusieurs discours à Ankara et à Istanbul a promis que le combat contre le groupe terroriste FETÖ, considéré comme ayant fomenté la tentative de putsch, allait se poursuivre : « Nous allons trouver toutes leurs cellules et les exterminer », a déclaré le chef de l’État avant d’ajouter : « Nous sommes déterminés à ne pas mettre en péril ce que nous avons gagné par la lutte de millions de personnes, le sang de nos martyrs et le sacrifice de nos anciens combattants ».

Une cérémonie de commémoration a eu lieu au Centre de commandement spécial de Gölbaşı à Ankara où les putschistes avaient largué quatre bombes à partir de F-16. De plus, Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu au « Mémorial des Martyrs » de la capitale.

Ce soir, le président s’est rendu à Istanbul afin d’y prononcer un discours sur le « Pont des martyrs du 15 juillet », tandis que les citoyens turcs, partout dans le monde, ont rendu hommage de diverses façons aux victimes du coup d’État avorté.

Camille Saulas

1 Comment

  1. Pseudonyme

    Une grande pensée à tous les journalistes libres, académiciens et activistes qui militent pour les libertés et les droits de l’Homme et dénoncent le despotisme, surtout à ceux qui sont toujours en prison.
    Aujourd’hui c’est la commémoration de la carte blanche pour écarter ceux qui opposent le président au nom de la lutte contre le terrorisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *