Economie

La Turquie, second pays apicole du monde

La Turquie est le deuxième plus grand pays apicole du monde après la Chine, a déclaré le président de l’Association des apiculteurs d’Ankara à l’occasion de la journée mondiale des abeilles le 20 mai.

« La Turquie est l’un des rares pays autonomes en matière d’apiculture », a déclaré à l’Agence Anadolu Selcuk Solmaz, président de l’Association des apiculteurs d’Ankara.

Fondée en 2003, l’Association des apiculteurs d’Ankara a pour mission de former les apiculteurs, de discuter des difficultés liées à la profession et de trouver des solutions pour produire davantage de produits de meilleure qualité issus de l’apiculture.

Selcuk Solmaz a déclaré que la Turquie est également l’un des rares pays à produire des miels issus de plantes variées – miel de châtaignier, de thym, d’agrumes, de pin, de lavande, d’acacia, ou encore de fleurs sauvages – et de grandes qualités, insistant sur le fait que « le miel turc est de plus en plus recherché pour la cuisine à travers le monde ».

Selon l’Institut turc des statistiques (TÜİK), le pays a produit 107 920 097 tonnes de miel et en a exporté 5 912 tonnes en 2018.

Selon l’Association, il y a environ 118 000 ruches à Ankara, alors que l’on en comptait seulement 50 000 en 2003. Selon M. Solmaz, cela indique que « le secteur de l’apiculture se développe de jour en jour », et ce au bénéfice de l’agriculture biologique, le secteur en Turquie n’étant que peu industrialisé.

Selcuk Solmaz a d’ailleurs rappelé l’importance de la protection des abeilles qui est directement liée à la sécurité alimentaire, à l’agriculture durable et à la biodiversité : « Si les abeilles disparaissent, de nombreux êtres vivants disparaîtront également. Si nous voulons vivre, si nous voulons que nos enfants et nos petits-enfants vivent, nous devons déployer tous les efforts nécessaires pour maintenir les abeilles en vie ».

Les Nations Unies ont désigné le 20 mai Journée mondiale des abeilles afin de sensibiliser le public à l’importance de la protection des abeilles et autres pollinisateurs, tels les papillons et les colibris, qui contribuent à la sécurité alimentaire et sont essentiels à la conservation de la biodiversité.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *