Economie, International

La Turquie et le tourisme en 2017 : un rétablissement progressif

Cette année, le tourisme en Turquie est en légère progression par rapport à la situation alarmante de 2016, provoquée par la vague d’attentats et la tentative de coup d’État. Cependant, il est encore trop tôt pour se réjouir, car le nombre de visiteurs européens continue de décliner.

Avec près de 17,3 millions de voyageurs enregistrés durant les sept premiers mois de l’année 2017, le secteur du tourisme connait un regain d’activité. Comme l’affirme EuroNews, les revenus liés à cette industrie connaissent « une augmentation de plus de 8% au deuxième trimestre 2017 par rapport à la même période l’an dernier ».

Ces données contrastent radicalement avec la baisse des profits du tourisme de 2016 qui avaient chuté de 30% en comparaison à 2015. Cette dernière est essentiellement imputable aux attaques terroristes de 2016 qui ont visé à quatre reprises des lieux très fréquentés par les étrangers à Istanbul (la Mosquée bleue le 12 janvier, l’avenue Istiklal le 19 mars, les environs du Grand Bazar le 7 juin et l’aéroport Atatürk le 28 juin).

Cependant, le regain d’attractivité de la Turquie auprès des touristes reste mitigé. Istanbul connait par exemple une hausse d’environ 37% de ses visiteurs étrangers au mois d’août 2017 comparé à la même période en 2016. Selon Radio France Internationale, le manque à gagner des hôtels de la ville est malgré tout estimé à plus d’un milliard d’euros sur les six premiers mois de l’année par rapport aux chiffres de 2015. Par ailleurs, le nombre de touristes européens en voyage en Turquie se réduit. Le seul cas d’Antalya, une ville balnéaire située dans le sud du pays, est révélateur. Le quotidien Hürriyet rapporte que les statistiques sur les huit premiers mois de l’année révèlent que le nombre de voyageurs allemands a diminué d’environ 236 000 par rapport à 2016.

Bien heureusement pour la Turquie, cette perte est compensée par l’augmentation du nombre de touristes venus d’Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis et d’Iran. Ce changement entraine une modification de la demande et donc de l’offre destinée aux touristes, obligeant les commerces à s’adapter davantage à une clientèle arabe. Les Russes sont également de retour à la suite du dégel des relations entre les deux pays décidé par Vladimir Poutine après l’attentat du 28 juin 2016. Leur nombre avait chuté de 87% durant le premier semestre de cette même année après la destruction en 2015, par l’armée turque, d’un de leurs avions militaires qui survolait la frontière syrienne.

L’industrie du tourisme est un secteur essentiel de l’économie turque puisqu’elle représente près de 5% du PIB national. Le gouvernement mise sur la venue de nombreux touristes chinois en 2018 et a également passé un accord en 2016 avec l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), un organe des Nations Unies qui l’oriente dans sa stratégie de communication. Ankara désire consolider les résultats positifs de ce premier semestre afin que le pays retrouve son pouvoir d’attraction qui en faisait l’une des destinations les plus prisées au monde.

Jean-Baptiste Connolly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *