Société

Un accident meurtrier rappelle les mauvaises conditions des ouvriers agricoles

Hier, lundi 6 juillet, un poids-lourd d’immatriculation turque transportant des ouvriers agricoles a percuté une citerne à lait dans la région Égéenne de Manisa, faisant 15 morts et deux blessés. Dans le camion se trouvaient en majorité des femmes, en route vers un domaine viticole où elles allaient ramasser des feuilles de vigne. 13 d’entre elles ont perdu la vie. Un accident qui ravive le débat sur l’exploitation des femmes dans le milieu agricole.

manisa_9

La collision, rapportée par l’agence de presse Doğan, aurait eu lieu alors que le camion-citerne tentait un imprudent changement de voie. Seuls un passager du poids-lourd et le conducteur de la citerne s’en seraient sortis. La plupart des victimes sont issues du même quartier, et six sont de la même famille.

Özgür Özel, président adjoint du groupe CHP de la région de Manisa, a annoncé qu’il regrettait ce nouvel accident, dans une région où les routes sont très mauvaises, notamment celle où a eu lieu la collision, qui aurait dû être élargie. « Environ 10 000 véhicules utilisent cette route chaque jour », a-t-il précisé. « Les travaux auraient dû être finis à l’heure actuelle. Il y avait 16 passagers dans le poids-lourd et seulement une personne a survécu. J’ai entendu la douleur des familles et des proches des victimes. Ces ouvriers ont pris la route en pleine nuit, pour commencer à travailler au petit matin, pour 40 TL par jour. »

Des déclarations qui rappellent à quel point travailler dans le domaine agricole est difficile en Turquie, notamment pour les femmes. Selon une information révélée par Ferdan Çiftçi, président de la Chambre des ingénieurs agricoles (ZMO) d’İzmir, ce 7 juillet, les femmes employées dans le domaine agricole seraient particulièrement exploitées. Moins payées que les hommes et souvent dépourvues de toute protection sociale, elles sont utilisées comme main d’œuvre bon marché pour des travaux saisonniers, d’après les précisions apportées par la ZMO, une ONG qui se bat pour l’amélioration des conditions de vie des ouvriers agricoles.

Ferdan Çiftçi a par ailleurs déclaré pour l’agence de presse Doğan : « Pour un travail saisonnier, les femmes sont payées 41 TL par jour tandis que les hommes reçoivent 54 TL, d’après les données 2014 de l’Institut turc de statistiques [TÜİK] », expliquant également que « la faible reconnaissance des femmes dans le milieu agricole a pour conséquences de nombreux mariages et grossesses qui arrivent très tôt dans la vie des jeunes femmes, privées de soin, faisant grimper la mortalité infantile. »

Avec l’objectif d’interpeller les autorités quant à ce fléau, un rapport publié le 2 juin par l’İSGM, plateforme à but non lucratif spécialisée dans les questions de santé et de sécurité des travailleurs agricoles, affirme qu’au moins 646 ouvriers ont trouvé la mort en Turquie entre janvier et mai 2015, faisant de ce secteur d’activité l’un des plus meurtriers en Turquie avec la construction et le transport.

Noémie Allart

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *