International

Un deuxième attentat meurtrier à Bagdad en moins de dix jours

Alors que l’Irak n’a pas fini d’enterrer ses morts, Bagdad vient d’être de nouveau la cible d’un attentat à la voiture piégée ce mardi 12 juillet.

2016-07-12 16.34.18

Aujourd’hui, Bagdad fait de nouveau face à l’horreur. Après les attentats du 3 juillet, revendiqués par le groupe armé Etat islamique et ayant coûté la vie à 292 personnes, une voiture piégée a explosé ce matin au beau milieu du marché de Rashidiya, dans la banlieue chiite du nord de Bagdad.

Selon des sources médicales et sécuritaires, onze personnes auraient trouvé la mort ce matin, tandis que les estimations évoquent une trentaine de blessés.

Une nouvelle oeuvre de Daech

Si ce nouvel attentat n’a pas encore été revendiqué, tout porte à croire que Daech est de nouveau derrière cette tragédie. Le mode opératoire est en effet celui de l’organisation djihadiste qui a déjà commis deux autres attentats en l’espace de dix jours en Irak.

Les images des attentats meurtriers du 3 juillet ont particulièrement marqué les esprits de par leur envergure et leur violence. La première attaque avait alors eu lieu dans le quartier commerçant chiite de Karrada, très fréquenté au moment où la déflagration a retenti. Peu de temps après, une deuxième détonation s’est fait entendre dans un autre quartier chiite de la ville : Al Chaab.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/attentats-de-lorganisation-etat-islamique-a-bagdad/

Si l’attaque du 3 juillet a largement été relayée dans les journaux occidentaux du fait du nombre impressionnant de victimes, on a trop vite oublié le déferlement d’attaques contre un mausolée chiite, Sayed Mohamed, à Balad le 7 juillet où 37 personnes ont péri ; deux attentats revendiqués par Daech.

N’oublions pas non plus que, depuis le début de l’année, Bagdad essuie une vague d’attentats revendiqués en grande majorité par Daech.

Des attentats liés aux récentes défaites de Daech en Irak

Si Daech a connu de nombreuses victoires par le passé et s’est emparé en 2014 d’une grande partie du territoire irakien, ils perdent depuis quelques mois du terrain face aux forces gouvernementales qui sont soutenues par les opérations de la coalition internationale menée largement par les États-Unis.

Pire pour Daech, après des combats de plusieurs semaines, les forces gouvernementales irakiennes ont repris le 26 juin la ville de Fallouja, située à une cinquantaine de kilomètres de la capitale irakienne et véritable fief de l’organisation terroriste. Depuis, Mossoul est la seule grande ville irakienne que contrôlent encore les insurgés et qu’ils comptent bien garder bien que des offensives soient sur le point d’être lancées par le gouvernement irakien et la coalition internationale.

En réponse à ces revers, mais aussi mue par un désir de vengeance et par une volonté de propager la terreur dans l’objectif de se renforcer, l’organisation terroriste a entrepris de lancer une vague sans précédent d’attentats en Irak et dans le reste du monde.

Pour l’illustrer, il suffit d’évoquer la multiplication des attentats attribués en 2016 à cette organisation au Liban, en Arabie Saoudite, en Turquie, ou encore aux États-Unis et bien entendu en Irak.

La communauté chiite de nouveau dans le viseur 

Comme lors des attaques du 3 et du 7 juillet, c’est la communauté chiite qui est la première victime de ces violences.

Ces derniers sont particulièrement vulnérables dans la mesure où ils sont majoritaires en Irak et que le groupe insurgé se revendique d’obédience sunnite ; branche de l’Islam en conflit avec la mouvance chiite.

Ces attaques qui engendrent la colère de la population contre les autorités irakiennes incapables de les prédire ont déjà entrainé la démission du ministre de l’Intérieur, Haider al-Abadi, mais aussi la mise à pied de certains chefs de la sécurité de la ville de Bagdad.

Si Daech perd donc physiquement du terrain, il n’en reste pas moins qu’il ressort victorieux de deux autres batailles : semer la terreur et affaiblir davantage le gouvernement irakien.

Camille Saulas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *