Société, Sport

Un esprit sain dans un corps turc ?

Moins d’heures de travail pour plus d’heures de sport, c’est le pari tenté par le gouverneur Dursun Ali Şahin de la province d’Edirne…

spor

La province d’Edirne située dans le Nord-Ouest de la Turquie (à la frontière bulgare) a autorisé les fonctionnaires qui le souhaitent à travailler moins, non pour gagner moins, mais pour s’exercer plus. Une autorisation originale qui vient bouleverser l’idée selon laquelle les autorités ne se soucient guère de la santé de leurs citoyens. Les fonctionnaires concernés peuvent donc arriver au travail à 9h30 au lieu de 8h30 sous couvert d’adhérer au programme « Notre traitement c’est le sport ». Des conseillers seront mis au service des travailleurs afin que le sport le plus adapté à leur condition physique leur soit proposé et des diététiciens pourront les accompagner dans leurs efforts. Pour le moment, environ 70 personnes ont manifesté de l’intérêt pour ce programme.

La préfecture d’Edirne est préoccupée par la santé de ses citoyens. Si le secteur fitness ne fait que débuter en Turquie « avec un taux de pénétration de 2% », alors que la moyenne européenne est de 8,5%, comme le précise Damien Lannaud dans son dossier les Turcs boudent-ils les centres de fitness ?, les municipalités sont loin d’être à court d’idées comme le montre aujourd’hui la province d’Edirne.

edirne_sahin

Dursun Ali Şahin, gouverneur de la province d’Edirne.

Ce plan suit la droite ligne d’un plan anti-obésité mis en place par le gouverneur Şahin qui estime que les obligations professionnelles ne doivent pas empêcher les travailleurs d’effectuer leur sport quotidien : « Je réfléchis sérieusement à m’inscrire moi-même à ce programme, c’est très bénéfique », a-t-il annoncé. « Même les individus qui ont un taux de cholestérol élevé peuvent trouver ici une solution à leurs problèmes de santé. »

La santé avant tout ! Cette mesure n’est pas la première puisqu’en janvier les travailleurs avaient reçu l’interdiction d’utiliser l’ascenseur pour atteindre un des trois premiers étages des bâtiments publics. Avant cela, le gouverneur Dursun Ali Şahin avait protesté contre les deux petits carrés de sucre servis avec le traditionnel café turc, exigeant qu’il n’en reste qu’un seul. Entre la montée des marches forcée, la suppression des sucres et l’heure de pratique sportive quotidienne, les habitants d’Edirne ne devraient pas tarder à retrouver la ligne pour ceux qui l’avaient perdue !

Laurianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *