Art, Culture, Découverte, Société

Un festival unique de kamancha en ligne

Une école de musique basée à Istanbul a eu la merveilleuse idée de partager leur culture au monde entier en produisant un festival en ligne. Des instruments incontournables d’Asie occidentale et de Méditerranée orientale y seront présentés afin d’émerveiller l’ouïe de chacun des curieux inscrits à ce festival. La date limite pour participer à celui-ci est le 4 juin.

Arslan Hazreti, directeur de l’école de musique Aler Kamancha d’Istanbul, a ainsi livré au journal Hürriyet: « Nous organisons un festival de kamancha en ligne. Ce sera le premier effort international dans ce domaine ». Il précise ensuite « En fait, trois instruments de trois pays, à savoir le kamancha, le kemane et le kamancheh, sont des instruments à cordes de la même famille musicale, mais beaucoup de gens ne connaissent même pas les différences entre eux ». Il se réfère à la Turquie, à l’Iran et à l’Azerbaïdjan. Le Kamancha est un violon à pointes de l’Azerbaïdjan. Il fascine par un son doux et émouvant. Pour le différencier du Kamancheh persan, il est légèrement plus court de 3 à 5cm. Il peut être joué en solo ou comme accompagnement.

La douceur qu’apportent ces instruments à cordes est introduite avec brio. Pour nous plonger dans l’univers mystique du festival, l’invitation est formulée ainsi : « En investissant dans l’enthousiasme, l’espoir et l’esprit de solidarité de la communauté, nous avons décidé d’organiser un festival mondial de musique en ligne ». Il continue sur un message de paix et d’harmonie, rappelant la crise sanitaire et le besoin de continuer à répandre la culture musicale à travers le monde : « La fusion des États de toutes les langues, religions et races du cosmos est devenue une histoire indispensable. Le besoin d’amitié, d’unité et de solidarité ne s’est jamais manifesté à ce point dans aucune période. Sans aucun doute, ce festival est dû à ce besoin ».

Le jury de l’organisation détient d’ailleurs des maîtres de ces trois instruments tels qu’Ali Akbar Shekarchi, Ardeshir Kamkar, Imamyar Hasanov, Göktuğ Çelik, Samer Habibi et Uğur Önür. Sans oublier le musicien Arslan Hazreti.

Anaëlle Barthel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *