Sport

Un Portugal festif et une gueule de bois pour la France

Le Portugal est sorti vainqueur de l’Euro 2016 en battant la France 1-0 durant les prolongations. Une première dans l’histoire du foot portugais et une terrible amertume pour la France.

CaptureFaisant partie des grands favoris de ce tournoi, le monde entier pensait que l’équipe de France allait gagner la finale de « son » Euro. Elle avait toutes les conditions pour voir son rêve aboutir. Mais les Portugais ont mis un terme à tout espoir en gagnant lors des prolongations (1-0). La France s’est retrouvée privée d’un quatrième titre après les Euros de 84 et de 2000, et le Mondial de 98, alors que le Portugal soulevait le premier trophée majeur de son histoire.

La France si près du but

Ils étaient si près du sacre. Les Tricolores ont multiplié les offensives, ils ont redoublé d’effort. Même après la mi-temps, le scénario n’a pas changé. Les hommes de Didier Deschamps sont partis à l’abordage de l’équipe du Portugal. Mais la France ne s’attendait pas à ce que le Portugal soit aussi uni. Après la sortie sur blessure de Cristiano Ronaldo en larmes, les hommes de Fernando Santos se sont appuyés sur ses valeurs collectives et sa grande solidarité pour s’accrocher. Un vrai mur de béton ! La défense portugaise et le magistral gardien Rui Patrício ont su garder la cage intacte. Il faut savoir que la France a tiré à 18 reprises, sept de ces tirs étant cadrés. Mais le Portugal, plus confiant, a ouvert la marque à la fin de la seconde période de prolongation par une frappe lointaine et puissante de l’attaquant lillois Eder. Ce nouvel héro de la nation portugaise n’aurait sans doute jamais joué si Ronaldo ne s’était pas blessé. Comme on l’entend souvent « Une finale ne se joue pas pas, elle se gagne », et c’est le Portugal qui l’a emporté.

La France, entre amertume et espoir

Tomber en final, c’est souvent douloureux et dur à encaisser. Certains joueurs en sont dégoutés « On va passer des vacances de merde », a déclaré André-Pierre Gignac. Surtout que l’ancien joueur a eu une occasion en or qui aurait pu donner le sacre à l’équipe de France. Il  rajoute une couche supplémentaire en expliquant : « Ils nous ont attendus, ils nous ont imposés un faux rythme et ils nous ont tués dans cette prolongation. C’est terrible, c’est un cauchemar, vraiment, c’est dur ». L’entraîneur Didier Deschamps n’est pas en reste. Malgré son dégoût, il a pris du recul sur son équipe : « Il n’y a pas de mots pour diminuer cette déception, elle est énorme mais il ne faut pas oublier le parcours et le soutien et l’engouement des Français. C’est dur aussi pour nos supporteurs, on aurait aimé leur offrir ce titre. »

Même si la tristesse et la désolation règnent sur l’équipe de France, les hommes de Didier Deschamps ont réussi à faire mieux que leur objectif prévu, les demi-finales. Peut-être que leur vraie finale a bel et bien été la victoire face à l’Allemagne, championne du monde en titre. De plus, cette jeune génération a accompli une autre mission, la plus importante, réconcilier une nation avec sa sélection. Ce lundi, les footballeurs français ont été reçus à l’Elysée à 13h pour un déjeuner avec le président de la République François Hollande.

Un Portugal magistral

Uné véritable surprise ! Même lorsque Cristiano Ronaldo est sorti du terrain au tout début de la rencontre sur une civière, le Portugal s’est montré solidaire dans son style, son jeu, et dans sa mentalité. Après avoir reçu les soins nécessaires, Cristiano Ronaldo est revenu sur le banc, genou bandé, en tant que coach improvisé. Encourageant et guidant ses partenaires, il s’est imposé comme un véritable meneur, même en dehors du terrain, aux côtés de son sélectionneur Fernando Santos. Ils sont à eux deux les architectes du premier titre majeur de la Selecçao. « Le fait qu’il soit sur le banc et dans le vestiaire, cela a été un grand soutien pour motiver nos joueurs et je veux le remercier », a salué Fernando Santos. Le buteur inattendu, Eder, a confié que «Cristiano m’a dit que j’allais marquer le but de la victoire ». Il avait raison ! Cristiano Ronaldo a eu le dernier mot, encore en larmes, cette fois-ci de joie : « C’est un trophée pour tous les Portugais, tous les immigrés, tous les gens qui ont cru en nous ». Depuis hier soir, les couleurs rouge et verte embellissent toutes les villes du Portugal. Avec le retour des héros à la mi-journée à Lisbonne, la fête au Portugal s’annonce grandiose.

D.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *