Société

Un temple bouddhiste pour protester contre la construction d’une mosquée à l’Université technique d’Istanbul

templeEn réponse au projet construction d’une mosquée dans leur campus, les étudiants de l’Université technique d’Istanbul (ITÜ) ont lancé une pétition sur le site change.org pour réclamer l’érection d’un temple bouddhiste.

Une contestation, une pétition, quelle construction ?

Mehmet Görmez, président de la Direction des affaires religieuses, a annoncé la construction de mosquées dans la plupart des universités du pays.  « Des mosquées sont en construction dans plus de 80 universités en Turquie. Nous en avons ouvert une quinzaine jusqu’à présent et nous en ouvrirons 50 de plus d’ici la fin de l’année 2015 », avait-il notifié à l’époque. Déjà lors de l’inauguration d’une mosquée au sein de l’université d’Erzurum, ce dernier avait déclaré au cours de la cérémonie : « Les lieux de culte et les universités ont toujours été proches dans l’histoire. Les universités découlent des temples dans l’histoire. Ils ne peuvent être dissociés ».

Ce plan concerne l’Université technique d’Istanbul (ITÜ) où la construction de la première mosquée au sein du campus a été lancée. Le discours de M. Görmez ne fait manifestement pas l’unanimité chez les étudiants d’ITÜ ; ces derniers ne se retrouvent pas dans ces constructions en masse d’édifice religieux. Ils considèrent que « si (l’université) ne peut pas être religieusement libre, alors elle doit prendre en charge toutes les religions ». En effet, selon eux, si l’université soutient une religion elle devrait les supporter toutes, sinon elle ne devrait en soutenir aucune.

Dès lors, une pétition a été mise en place sollicitant la construction d’un temple bouddhiste ; pétition qui a déjà reçu plus de 17000 signatures en moins de deux semaines. Les étudiants expliquent leur motivation en ces termes : « Le temple le plus proche est situé à 3.680 kilomètres du campus, un petit temple conviendrait car nous ne sommes pas nombreux et nous demandons un temple au nom de Siddhartha (le véritable nom de Bouddha, le fondateur historique du bouddhisme) ! ». Rappelons que la campagne pour la construction d’une mosquée au sein de l’université d’ITÜ n’avait eu besoin que de seulement 713 signataires pour être validée.

Un combat contre la religion d’État

Depuis que le gouvernement AKP a pris le pouvoir en 2002, leur programme néo-libéral suit une perspective d’islamisation. La Turquie a en effet connu ces dernières années une augmentation régulière des taxes sur l’alcool, la levée de l’interdit religieux dans les espaces publics… L’institutionnalisation des lieux de cultes n’est dès lors pas surprenante. Pour justifier sa démarche, Mehmet Görmez avait ainsi déclaré : « Il y a environ 20 millions de jeunes en Turquie. Nous voulons toucher cette jeune population […] Dans ces mosquées, des responsables religieux communiqueront avec ces jeunes. Nous voulons que la jeunesse puisse profiter des mosquées et se développer spirituellement ». Cependant, pour beaucoup d’étudiants et anciens élèves la construction d’édifice religieux au sein même du chef-lieu de l’éducation n’est pas pertinente. En effet, les étudiants d’ITÜ dénoncent le manque de laïcité dont font preuve les établissements académiques de Turquie. Il est évident que l’argent destiné à l’éducation ne devrait pas être investi dans la construction d’édifice religieux mais plutôt dans le progrès scientifique.

A Izmir aussi

Concernée par une affaire similaire, l’Université d’Izmir a vu ses étudiants s’employer pour demander, non sans humour, la construction d’un sanctuaire Jedi, en référence à la saga Star Wars. Leur pétition, elle aussi lancée sur le site change.org, a déjà recueilli plus de 6000 signatures.

Pauline Autin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *