Environnement, Société

Un tribunal annule des projets de construction dans des quartiers historiques d’Istanbul

La fièvre immobilière et les ambitions gouvernementales en la matière ont connu un relatif coup d’arrêt avec le rejet de plusieurs importants projets proposés par la municipalité d’Istanbul.

eminonu-2

Le second tribunal administratif d’Istanbul vient de rejeter plusieurs projets, plus précisément 37 articles sur 61, d’un plan global d’urbanisation. L’idée défendue est de conserver et de protéger la partie historique de la péninsule du Bosphore, semble t-il menacée par ces nombreuses constructions. Celles-ci visaient essentiellement la simplification du trafic.

Ce plan d’urbanisation est sorti le 24 avril dernier, avec parmi les différents projets à l’étude : la construction d’une liaison routière reliant le tunnel eurasiatique à travers l’avenue Kennedy, la transformation de la station de bus de Topkapı en un centre commercial et complexe hôtelier, le marché aux poissons de Kumkapı reconverti en marina. On y retrouvait aussi la création d’aires de jeu et de centres de sport en open-air.

La décision du tribunal administratif, qui a retoqué nombre de ces projets, se fonde sur un rapport d’expertise de plusieurs centaines de pages (286 pages précisément) rédigé par des universitaires.

Dans le détail, on notera la décision d’annuler les articles préconisant la liaison routière via l’avenue Kennedy, risquant d’endommager l’historique péninsule. Pour les experts, ce type de projet fait peu de cas de la réalité historique, et à surtout à voir avec des exigences de la municipalité métropolitaine. Les études sur le transport public leur paraissent insuffisantes pour valider un tel projet. La Cour a aussi décidé d’annuler le projet de marina censée remplacer le marché aux poissons de Kumkapı. Celui-ci avait été démoli il y a quelques mois car se trouvant au beau milieu du tracé du tunnel eurasiatique. Enfin, des plans d’aires de jeu et autres complexes sportifs en open-air, ont eux aussi été repoussés. Motif : une mise en danger d’espaces verts à proximité des murs de la vieille ville, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

marche_aux_poissons

D’un point de vue général, le tribunal s’est prononcé contre les projets proches des murs d’enceinte byzantins, la nécessité de conserver ces lieux chargés d’histoire prévalant. On notera aussi que la station de train Sirkeci, ultime arrêt du légendaire Orient Express, ne sera plus utilisée comme station de train mais deviendra un site culturel. Elle était obsolète depuis déjà quelques temps.

Toutes ces annulations risquent de fortement contrecarrer les plans urbains lancés par la municipalité, en pleine rénovation du quartier de Tarlabaşı et à la tête de nombreux autres projets partout dans la ville, entre centres commerciaux flambants neufs, complexes immobiliers et autres ponts pharaoniques.

Pierre Debly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *