Politique

Une Consule honoraire de France en Turquie révoquée pour avoir vendu des canots aux réfugiés

La ville de Bodrum refait parler d’elle à propos des réfugiés, mais cette fois, c’est la France elle-même, par le biais d’une Consule honoraire, qui est accusée de fournir du matériel aux passeurs de migrants.

refugies_bodrum

Dans la ville de Bodrum, située en face de l’île grecque de Kos, là où s’entassent de nombreux migrants et réfugiés en attendant de recevoir leur précieuse autorisation leur permettant de continuer leur voyage vers l’Europe,  le business est florissant pour les passeurs. Mais pas seulement. De manière indirecte, ce sont de nombreux magasins aux alentours qui bénéficient de l’opportunité que représente la vente de canots pneumatiques et de bouées. Selon un reportage de la chaîne de télévision France 2 diffusé il y a quelques jours, l’un d’eux serait tenu pour une Consule honoraire de France, Françoise Olcay.

Devant la caméra, celle-ci ne s’en cache pas : « Si nous ne vendons plus, ceux d’à côté et de derrière vendront », a-t-elle déclaré. Lorsque la journaliste de France 2 lui demande si elle est « consciente que des gens partent à la mort avec ce [qu’elle vend] », la représentante de la France répond d’ailleurs : « Absolument. »

La situation est d’autant plus gênante pour la France que les images de France 2 révèlent l’existence d’une plaque « Agence consulaire de France » sur la devanture du magasin, qui vend des moteurs et des petites embarcations dans cette station balnéaire turque.

Francoise-Olcay

Françoise Olcay

Visiblement peu consciente des enjeux, Françoise Olcay gère pourtant le « trafic » de manière bénévole et volontaire.

« Vous rendez-vous compte que le consul honoraire de France, ici à Bodrum, alimente le trafic ? », lui demande-t-on encore. Ce à quoi elle répond qu’elle en est bien consciente, mais que la mairie de Bodrum, le capitaine du port et le sous-préfet sont également impliqués.

Dans la foulée, le ministre de l’Intérieur Laurent Fabius a annoncé que la Consule honoraire était démise de ses fonctions.

Noémie Allart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *