International

Une nouvelle découverte macabre en Irak

Il y a deux semaines, les forces d’élite irakiennes ont lancé une opération d’envergure afin de récupérer la ville de Fallouja, qui subit depuis janvier 2014 le joug de Daech. Si l’opération n’est pas encore terminée, les découvertes macabres ont quant à elles déjà commencé.

Mideast Iraq

C’est au prix de combats acharnés que les forces de contre-terrorisme irakiennes ont avancé vers Fallouja, fief de l’organisation djihadiste à seulement 50 kilomètres à l’ouest de Bagdad. En revanche, la présence de 50 000 civils pris en otage par Daech et la résistance féroce de cette organisation a rendu la progression lente et difficile.

Pire, dimanche 5 juin, à seulement 10 kilomètres au nord-ouest de la ville, une fosse commune a été découverte, visiblement l’œuvre de Daech. Le colonel des forces policières de la province où cette découverte a été annoncée a confié que « la fosse commune contenait environ 400 corps de militaires. Il y a aussi quelques civils ». Cette information a été confirmée par un membre du Conseil provincial d’Al-Anbar, Rajeh Barakat.

Abattus pour la plupart d’une balle dans la tête, le processus d’identification a débuté. Il a permis de confirmer que les victimes sont en majorité des soldats irakiens qui étaient stationnés dans certaines bases de la région et qui ont subi les assauts de cette organisation djihadiste.

Néanmoins, des civils feraient aussi partie des victimes. En effet, Rajeh Barakat a confié aux journalistes qu’avaient été identifiés des corps « de civils exécutés par Daech pour espionnage ou non-respect des règles de l’organisation. »

On savait depuis plusieurs jours que la population vivant à Fallouja vivait un véritable enfer. Si les conditions de vie des habitants de la ville étaient déplorables depuis l’arrivée de Daech en janvier 2014, il s’avère que le lancement de l’attaque par les forces irakiennes n’a fait qu’aggraver leurs conditions. Par communiqué de presse, des organisations telles que le Conseil norvégien pour les réfugiés ont raporté que les combattants de Daech n’hésitaient pas à tirer sur les civils qui tentaient de fuir la ville.

Le Premier ministre Haider al-Abadi estime que des poursuites doivent être entreprises afin de punir ces crimes. Celui-ci a ainsi ordonné qu’un comité sur les droits de l’Homme soit instauré afin de se pencher sur « toute violation des instructions relatives à la protection des civils. »

Étant donné l’opacité de l’organisation, la situation politique et sécuritaire du pays, ainsi que l’enchevêtrement avec le conflit syrien, il sera difficile et long de juger ces crimes de guerre.

Les combats dans la région entre les forces irakiennes et les djihadistes se sont poursuivis dans la journée et dans la nuit de dimanche afin d’encercler Fallouja. À 4 heures lundi matin, les troupes irakiennes sont enfin entrées dans la ville, mais risquent de découvrir de nouveaux vestiges des horreurs de Daech.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *