International, Société

Une université turco-américaine en construction à Istanbul à partir de 2016

bora

Bora Gürçay, nouveau président de la coopération économique turco-américaine.

Pour marquer la bonne entente à la fois diplomatique et culturelle qui lie les Etats-Unis à la Turquie, une université américano-turque sera en phase de construction dès 2016. C’est du moins ce qu’a affirmé Bora Gürçay, président de l’Association de commerce turco-américaine (TABA) ce mardi 7 juillet.

Le directeur de la compagnie automobile Motorola en Turquie, Bora Gürçay, élu le 24 mars dernier président de la coopération économique turco-américaine a déclaré en début de semaine qu’il y avait « plusieurs occasions de tisser des liens plus étroits dans les zones commerciales et sociales entre la Turquie et les Etats-Unis. »

« Parmi les différents projets proposés, nous souhaitons en l’occurrence créer une université turco-américaine dans le domaine de l’enseignement des technologies de l’information dont la construction débutera dès 2016 », a-t-il précisé.taba

L’Association de commerce turco-américaine (TABA) créée en 1986 à Istanbul représente une communauté d’affaires à but non lucratif. Sa chambre de commerce (AmCham) détient différentes branches subalternes à Adana, Ankara, Antalya, Denizli et Izmir. Celle-ci possède une réelle visibilité sur la scène internationale puisqu’elle est à la fois membre du Conseil européen des chambres de commerce américaines (ECACC) et membre de la Chambre de commerce des Etats-Unis (Cocusa).

Parmi ces objectifs, on retrouve la volonté de renforcer les relations commerciales des deux pays, d’encourager les investissements des représentants turcs et américains, et de procéder à un lancement actif des activités culturelles.

Deux alliés culturels

erdogan_obama

L’élection de Barack Obama en 2008 constitue un moment clé dans les relations bilatérales des deux pays. La Turquie accueille avec enthousiasme la volonté du nouveau président américain dans le développement de relations apaisées avec le monde musulman. Ce dernier prend dès lors en compte le pouvoir de l’islam en Turquie et l’importance de l’islam politique dans la gouvernance de l’AKP (Parti de la justice et du développement) crée en 2002.

Lors de son voyage en Turquie en 2009 pour y rencontrer l’actuel président, Recep Tayyip Erdoğan, le président des Etats-Unis a insisté sur l’importance que revête à ses yeux une coopération américano-turque. C’est pourquoi il abandonne envers la Turquie le terme de « partenariat stratégique » au profit de la nation de « partenariat modèle ». Celui-ci ne se limite plus désormais à une simple coopération militaro-stratégique, bien au contraire, elle doit aussi s’intéresser à des domaines, encore inexplorés, comme la culture et l’éducation. Dès lors, se met peu à peu en place une initiative de coopération stratégique, économique et commerciale entre les Etats-Unis et la Turquie.

Des relations bilatérales centenaires

robert_college

Le Robert College d’Istanbul.

Les deux leaders politiques s’apprécient. Au point de mettre en commun leurs richesses culturelles pour la création d’une université américano-turque. Mais pour être amené à comprendre l’enthousiasme et le prestige populaire que suscitent les universités turques américanisées, il faut revenir au XIXème siècle.

Tout débute lorsque Cyrus Hamlin, missionnaire américain, fait la connaissance de l’homme d’affaire new-yorkais, Christopher Rhinelander Robert. Nous sommes en 1856, en pleine guerre de Crimée. De cette rencontre naît le projet de créer le Robert College d’Istanbul qui voit le jour en 1863. La langue d’enseignement sera l’anglais et il ne fera lieu d’aucune discrimination, qu’elle soit raciale, religieuse ou sexuelle. Avec pas moins de 100 années d’existence, c’est la plus ancienne institution américaine d’enseignement toujours en activité située à l’extérieur des Etats-Unis.

Mais le 10 septembre 1971, l’université du Bosphore, communément appelée Boğaziçi, hérite du campus de Bebek du Robert College. Anglophone et de tradition libérale, elle devient l’une des universités les plus en vues de Turquie de par son large choix de matières enseignées, par la renommée mondiale de ses professeurs (ayant tous effectué au moins une partie de leurs études aux Etats-Unis), par ses laboratoires à la pointe de la technologie et du fait de son complexe architectural grandiose.

Avec pas moins de 53 facultés publiques et 24 universités privées, la Turquie ne cesse d’ouvrir ses portes aux étudiants étrangers, offrant des enseignements de choix et de qualité avec, dans de plus en plus de cas, un cursus supplémentaire en anglais.

Jessica Mauzole

1 Comment

  1. Bjr j aime tellement votre école et j aimerait faire partir de vos étudiants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *