Chroniques, Le choix de la rédaction

Une vraie philosophie du patriotisme : l’Australie

IMG_9203J’ai ouvert notre panel de février dernier sur les relations turco-australiennes en saluant M. Lino Strangis, Consul général d’Australie à Istanbul, « Hey Mate ! ». J’avais déjà fait connaissance avec les Australiens pendant mes premières années professionnelles il y a plus de dix ans ; ils ont toujours été easy-going, sincères et amicaux.

L’Australie et la Turquie ont établi des relations bilatérales officielles en 1967. L’Australie a une ambassade à Ankara et un consulat général à Istanbul et, en 2006, le pays a également établi un consulat à Çanakkale (la province où est située la péninsule de Gallipoli) afin de fournir une assistance consulaire au nombre croissant d’Australiens qui visitent chaque année les sites de batailles de l’Anzac (le Corps d’armée australien et néo-zélandais).

J’ai eu l’honneur de recevoir plusieurs fois l’ambassadeur d’Australie en Turquie, Son Excellence M. James Larsen, et le Consul général à Istanbul M. Lino Strangis. On avait d’abord fait connaissance avec M. Strangis par l’intermédiaire d’un très bon ami australien et turcophile, M. Steven Young, président de Bosch en Turquie et au Moyen-Orient. Lors de chacune de mes rencontres avec les Australiens, ils ont toujours été si intimes que j’ai à chaque fois eu l’impression que je les connaissais depuis une dizaine d’années. La raison de ce sentiment peut se rapporter à un passé commun au début du XXe siècle. Oui, je veux parler de la bataille de Gallipoli.

Saviez-vous que plus de 2800 Australiens sont enterrés dans les cimetières turcs ? Un nombre énorme. Les Australiens, qui sont un people aussi patriote que les Turcs, visitent tous les ans Gallipoli pour découvrir leurs martyrs et leur rendre hommage. Il existe une ressemblance hallucinante entre ces deux peuples, bien que les géographies de leurs pays respectifs soient entièrement différentes.

Les commémorations de Gallipoli sont menées par la Turquie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et la France et se déroulent sur deux jours : les 24 et 25 avril. Le programme comprend la cérémonie internationale turque au Mehmetçik Abidesi ; le service commémoratif français à Morto Bay ; la cérémonie du Commonwealth et le service commémoratif des Irlandais au Cap Helles, et le service commémoratif turc au mémorial du 57ème régiment.

Le peuple turc est également concerné par cette histoire commune particulière. On ne peut pas perdre de vue la citation renommée de Mustafa Kemal Atatürk :

« Ces héros qui ont versé leur sang et perdu leur vie (à Gallipoli). Vous êtes maintenant couchés dans le sol d’un pays ami. Par conséquent, reposez en paix. Il n’y a pour nous pas de différence entre les Johnnies et les Mehmets qui reposent côte à côte dans ce pays qui est le nôtre. Vous, les mères qui ont envoyé vos fils loin de leur pays, essuyez vos larmes ; vos fils gisent désormais en notre sein et sont en paix. Après avoir perdu leur vie sur ces terres, ils sont devenus nos fils aussi. »

Derya Adıgüzel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *