International, Société

Les Unes d’Aujourd’hui la Turquie

Alors qu’une époque se clôture dans l’histoire des médias turcs, notre journal entame sa 14e année d’édition. Le 21 mars dernier, les agences de presse véhiculaient l’information de la vente du Groupe Doğan dont fait partie Hürriyet, le premier journal de la Turquie, au groupe Demirören qui possède déjà Milliyet et Vatan depuis quelques années. Ce groupe, normalement spécialisé dans le secteur de l’énergie avec la marque Milangaz, avait aussi acheté une partie des activités de Total en Turquie, notamment la partie liée à la distribution des produits pétroliers.

En 2011, c’est l’institution concurrente qui avait exigé la vente des quotidiens Vatan et Milliyet appartenant au groupe Doğan. Mais désormais, c’est Demirören qui réunit la totalité de ces journaux. Nous verrons si cette institution s’opposera aujourd’hui à la transaction entre ces deux groupes.

J’ai effectué ma thèse de doctorat sur l’histoire des médias en Turquie dans laquelle j’ai longuement exposé la place du journal Hürriyet et du Groupe Doğan.

Je pense que c’est désormais le moment de refaire une thèse afin de mieux étudier la place de ce média après 2001, car ma thèse initiale n’étudiait son histoire que jusqu’à cette date.

*  *  *  *

Les Éditions CVMag viennent de publier un livre intitulé « Les Unes d’Aujourd’hui la Turquie » pour souligner notre aventure qui dure maintenant depuis plus de 13 ans.

J’aimerais retracer pour vous la courte histoire de ce livre historique que j’imaginais depuis plusieurs années. Au départ, ce livre a été pensé pour célébrer la sortie du 150e numéro de notre journal, dont le premier numéro a été publié en avril 2005. Mais, pour diverses raisons, cet ouvrage a paru à la veille de la publication de notre 157e numéro, le 20 mars 2018, lors de la soirée de la Francophonie qui s’est déroulée au Palais de France, rue Nur-i Ziya – Palais. Un lieu qui, bien qu’il ait été construit dans son état actuel par Pierre Laurécisque en 1839, a une histoire de 400 ans.

Ainsi, ce ne sont pas les « 150 unes » que nous avions envisagé au départ, mais bien « 155 unes » que nous présentons dans les pages de ce livre.

Même si cela semble très simple et que c’est sans compter les 13 années de publication, c’est le produit d’une année de travail intense. Une tâche qui m’a occupé l’esprit pendant un an, jour et nuit… Dans ce processus, nous avons discuté du livre jusqu’au moindre détail, tant avec notre rédactrice en chef qu’avec le concepteur visuel de notre journal. Au terme de ce travail, nous éditons enfin cet ouvrage historique tiré sur le papier du journal, à l’imprimerie Öz-Karacan où Aujourd’hui la Turquie est imprimé.

Ce mois-ci, nous entamons avec le 157e numéro, notre 14e année de publication. À l’occasion du lancement de cet ouvrage, je tiens tout particulièrement à remercier encore une fois pour leur contribution son Excellence Monsieur Charles Fries, Ambassadeur de France à Ankara ; Monsieur Bertrand Buchwalter, Consul général de France à Istanbul ; Monsieur Éric Soulier, Directeur de l’Institut Français de Turquie ; Monsieur Celal Bıyıklıoğlu, membre du Comité de rédaction de notre journal ; sans oublier nos chroniqueurs qui ont contribué à ce livre par leurs écrits, ainsi que tous nos partenaires.

Je tiens également à exprimer toute ma reconnaissance à l’ensemble des membres de notre Comité de rédaction, et tout particulièrement à notre Rédactrice en chef,  Madame le Docteur Mireille Sadège ; à notre graphiste, Monsieur Ersin Üçkardeş ; à Mademoiselle Camille Saulas, coordonnatrice de la rédaction ; et à Madame Annie Lahure qui contribue à nos traductions.

Enfin, je remercie très chaleureusement Madame Virginie Villechange et Monsieur Christophe Dessaux pour l’organisation de la soirée de la Francophonie durant laquelle Aujourd’hui la Turquie a pu faire le lancement de son livre Les Unes d’Aujourd’hui la Turquie.

*  *  *  *

Mon ami Atilla Dorsay, le doyen de la critique du cinéma turc, vient de publier son 52e livre intitulé « O Güzel Atlara Binip Gidenler », publié par Remzi Kitabevi. Il a eu la gentillesse de m’apporter son livre au Palais de France ce jour-là. Ce magnifique livre où l’on découvre sur sa couverture Atilla Dorsay au début de sa carrière de journaliste en train d’interviewer le grand acteur et réalisateur Yılmaz Güney autour d’une table où il y a une carafe d’eau, un verre de Duralex, un appareil de photo et un magnétophone de l’époque… Et, au-dessus de ce cliché en noir et blanc, apparaissent en couleur les trois étoiles disparues du cinéma turc.

Dr. Hüseyin Latif, directeur de publication 

Photos : Aramis Kalay et Levent Kulu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *