Economie, International

USA : Baisse des droits de douane sur l’acier turc, mais fin de l’accord commercial préférentiel

Le 16 mai, les États-Unis ont mis fin au traitement commercial préférentiel accordé à la Turquie, mais ils ont divisé par deux leurs droits de douane sur les importations d’acier turc.

Le président américain Donald Trump a annoncé par communiqué que les États-Unis avaient baissé de 50 % à 25 % les tarifs douaniers sur l’importation d’acier depuis la Turquie. La Maison-Blanche déclare afin de justifier sa décision de maintenir les droits de douane à hauteur de 25 % : « Maintenir les droits de douane actuels de 25 % sur la plupart des pays est nécessaire et approprié pour l’instant afin de remédier à la menace d’affaiblissement de la sécurité nationale ».

Le 10 août, l’administration américaine avait augmenté la taxe douanière sur l’importation d’acier depuis la Turquie à 50 % et celle sur l’aluminium à 20 % alors qu’Ankara et Washington traversaient de vives tensions liées à l’affaire du pasteur américain Andrew Brunson, accusé par les autorités turques de terrorisme et libéré en octobre 2018.

La décision américaine avait été dénoncée par les autorités turques comme contraire aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) tandis qu’Ankara déposait une plainte devant l’organe de règlement des différends de l’organisation.

Dans un communiqué, la Maison-Blanche a aussi annoncé sa décision de mettre fin au traitement commercial préférentiel (SPG) dont bénéficiait la Turquie qui lui permettait d’exporter aux États-Unis des produits libres de droits de douane. Cette décision sera effective dès le 17 mai.

Ce système, qui a été mis en place en 1974 et qui élimine les barrières commerciales sur des milliers de produits, est accordé à certains pays en fonction de leur développement économique. Depuis 1975, la Turquie faisait partie des 120 pays qui participaient au SPG.

Dans le cadre du SPG, les États-Unis ont importé pour 1,66 milliard de dollars de produits turcs en 2017, soit 17,7 % des importations américaines en provenance de Turquie, selon les données du bureau du représentant au Commerce (USTR).

Au début du mois de mars, le représentant américain du commerce avait estimé que la Turquie n’était plus éligible à participer au SPG car le pays « est suffisamment développé sur le plan économique ». Le statut du pays dans ce programme avait commencé à être examiné en août dernier, alors que les relations diplomatiques entre les deux alliés de l’OTAN étaient loin d’être au beau fixe.

La décision du 16 mai douche ainsi les espoirs d’Ankara qui estime qu’une telle décision nuirait à l’objectif bilatéral d’atteindre 75 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux ; un seuil que s’étaient fixé le président Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan.

C’est d’ailleurs ce que n’a pas manqué de rappeler le ministre du Commerce, Ruhsar Pekcan, le 17 mai, tout en se félicitant de la décision de Washington de réduire de moitié les droits de douane sur les importations d’acier.

« Réduire les droits de douane à 25 % est positif, mais nous nous attendons à la levée de tous les obstacles au commerce bilatéral », a posté Ruhsar Pekcan sur Twitter.

Camille Saulas

 

 

 

1 Comment

  1. montagné

    le president americain seigneur donald trump est avant ais de le magiqué-trahir-coordination..
    apres que de le je me en le non pas de le sud ou autre le monde avait,
    eu de la politiqué-equipment..?
    merci…+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *