International, Politique

Victoire d’Emmanuel Macron : premières réactions à l’international

L’élection présidentielle française a été suivie attentivement par les acteurs politiques étrangers, en particulier chez les voisins européens. À la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, les félicitations sont aussi nombreuses que les attentes et perspectives d’avenir.Un contexte international décisif

Affirmation géopolitique de la Russie, Brexit, élection de Trump… Ces deux dernières années constituent une période de reconfigurations majeures. L’éventualité d’une victoire de Marine Le Pen en France était donc au cœur de l’attention, en particulier au sein de la presse européenne.

La construction européenne, la défense occidentale, les relations avec la Russie et la place de la France dans un monde tendant de plus en plus à la multipolarité étaient les enjeux principaux pour ceux ayant observé ce scrutin décisif entre des candidats aux projets fondamentalement différents.

Le soulagement européen

« La France a été, est et reste au centre et au coeur de l’Europe » : la déclaration du chef de la diplomatie allemande reflète l’importance de cette victoire pour la construction européenne comme occasion d’enfin assumer un processus à double vitesse.

Dans nombre de pays européens, cette victoire est aussi l’occasion de donner un second souffle au processus économique. Il est à noter, notamment au regard des déclarations du gouvernement grec, que certains pays européens vont négocier et tenter d’infléchir la position française.

Le Kremlin dans l’attente

Peu après le premier tour, le magazine pro-Kremlin Expert exprimait ses craintes d’une soumission française à l’Allemagne et à l’Union européenne, un accroissement des problèmes liés à l’islamisme et la détérioration des relations franco-russes en cas de défaite de Marine Le Pen.

Si le Kremlin a félicité le nouveau président français, ce dernier devra à court terme clarifier ses positions, en particulier sur les deux enjeux actuels pour l’avenir des relations bilatérales entre la France et la Russie : les dossiers ukrainien et syrien. L’heure est à l’observation.

Des États-Unis, à la Chine, en passant par la Turquie, l’Iran, l’Algérie et nombre d’autres pays : si pour l’heure les acteurs politiques qui se sont exprimés ont tous félicité le nouveau président de la République, les attentes sont nombreuses et il conviendra d’observer la rupture ou la continuité du positionnement français sur un certain nombre de dossiers décisifs.

Kiymet Altan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *