Economie, International

World Economic Forum : le monde parallèle de Davos

ÉCONOMIE. C’est dans un contexte d’instabilité économique et politique que s’est ouvert, ce mardi 17 janvier, le forum économique mondial. Depuis 1971, le rendez-vous des puissants de ce monde se tient dans la très chic station de ski Davos.Sans titre

Le centre des Congrès de Davos accueille chaque année plusieurs personnalités économiques

Source : La Nacion

Le ballet des jets privés dans la vallée de Davos a marqué le début du World Economic Forum, organisé chaque année courant janvier. Chefs d’États, de multinationales ou personnalités du monde économique vont débattre pendant cinq jours sur l’avenir économique du monde. Incontournable site pour les acteurs économiques, le World Forum Economic fait face à de vives critiques, notamment quant à son inaccessibilité. Un ticket d’entrée coute environ 15.000 dollars.

La santé économique du monde

Plusieurs objectifs se trament autour de ce mini-sommet économique. Le plus important est de traiter des déséquilibres économiques dans le monde. L’hôte, Klaus M. Schwab organise des débats concernant le développement et l’économie mondiale, mais aussi sur des thèmes relatifs à la santé et à l’environnement. À ses débuts, l’ancien professeur d’économie à l’université de Genève avait assuré que ce forum ne défendrait pas des intérêts politiques, partisans ou nationaux.

Néanmoins, l’ensemble de ces débats aboutit généralement à une série de rapports suivis ou non par les chefs d’États et d’entreprises présents.

Un climat mondial tendu

La 47e édition du World Economic Forum s’est ouverte dans une ambiance incertaine quant au futur de l’ordre mondial.

Les États-Unis de M. Trump sont la principale source d’inquiétude. Quelle politique économique le magnat de l’immobilier va-t-il mener ? Quelles seront les relations avec l’Asie et l’Europe ?

Du côté européen, c’est évidemment le Brexit et la politique économique de la Britannique Theresa May qui donne du fil à retordre aux experts et analystes économiques. Le protectionnisme économique et la montée des populistes dans les gouvernements européens sont également source d’inquiétudes.

Nouveauté de cette édition, la venue de la Chine – une première depuis la création du forum en 1971 – accueillie en grande pompe. Essoufflée, l’économie chinoise a besoin de renforcer ses liens avec ses allies, mais également de créer de nouveaux rapports avec de nouveaux acteurs. La naissante crise diplomatique entre les États-Unis et l’Empire du Milieu risque bien d’affaiblir les deux économies.

Dans une atmosphère de guerres, de terrorisme et d’accroissement des inégalités, le forum de Davos est confronté à plusieurs défis majeurs de ce siècle.

Un forum vivement critiqué

Ce forum reste auprès des peuples très impopulaire. Plusieurs partis politiques suisses pointent du doigt les coûts de ce forum, notamment en termes de sécurité. Chaque édition, plusieurs manifestants expriment leur mécontentement et leur désaccord. Des arrestations ont régulièrement lieu.

Sur le plan économique, les détracteurs de Davos dénoncent un impérialisme et une mauvaise interprétation du capitalisme. À la réputation sulfureuse, la “caste” puissante et privilégiée de Davos a, malgré son statut non lucratif, un poids et un pouvoir importants. Une présence citoyenne plus large serait nécessaire, comme des représentants d’organisations humanitaires.

Les pays Sud – les plus pauvres de la planète – bénéficient que très peu de ce congrès et les différents rapports, les différentes politiques mises en œuvre ne sont pas significatives sur le terrain. C’est également la principale critique qui ressort de ce congrès. Les inégalités sont toujours aussi nombreuses, milliardaires et pauvres sont toujours plus nombreux, remettant en cause l’utilité de ces débats.

Paul CHARLES

 

1 Comment

  1. Sati

    Très bon article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *