Automobile

Zandvoort vibre au rythme de la Verstapenmania

Il y a quelque chose de fascinant en Hollande. Ici l’on se veut écolo et l’on est fier de rouler à vélo à travers ces routes fleuries. Et pourtant, il suffit d’une compétition de sport automobile sponsorisée par Jumbo — l’équivalent des magasins U en France — pour que les habitants de ce petit pays s’aliènent, enfilent ce sweat-shirt bleu foncé floqué Mobil1, Red Bull et arborent la casquette qui va avec. Avec une fréquentation de plus de 100 000 personnes, plus de la moitié se sont habillés comme les ingénieurs de l’écurie au taureau rouge. Tous, petits et grands, ont enfilé le costume à l’effigie du numéro 33, leur héros national : super Max Verstappen.

Même le Président de la Fédération internationale de l’Automobile (FIA), Jean Todt, invité d’honneur de la Coupe du monde de voitures de tourisme (WTCR), reconnaît être fasciné « de voir autant de personnes sur le circuit historique habillées aux couleurs de Red Bull ».

Le paradoxe ne s’arrête pas en si bon chemin. En effet, il prend encore plus d’ampleur lorsque l’on prend conscience que le circuit historique de Zandvoort se situe en plein milieu des dunes face au bord de mer.

Cette course des Pays-Bas, c’est l’événement à ne pas rater et les Hollandais ont, pour l’occasion, pris un jour de congé. Les tribunes sont pleines à craquer y compris les dunes environnantes qui foisonnent de spectateurs. Car, les places sont loin d’être bradées : 75 euros pour bénéficier d’un siège dans les gradins. Certains ont bénéficié d’une petite réduction parce qu’ils ont fait leurs courses chez Jumbo. Un engouement des plus « religieux » corrobore un confrère belge.

L’espace d’un instant, le patriotisme, la raison néerlandaise se sont éteints au profit des pétarades des moteurs, plaisir animal, difficilement explicable, et de la frénésie mécanique.

Un engouement qui ne touche pas que les hommes. En effet, les femmes ont pu rouler des mécaniques lors d’une course qui leur est dédiée : la Ladies GT race. Ainsi, des Néerlandaises de tous niveaux et horizons, dont quelques grands noms du paysage audiovisuel hollandais comme la présentatrice Eva Koreman, la réalisatrice et Miss Univers Kim Kötter, la championne olympique de patinage de vitesse Antoinette de Jong ou la Miss Nederland Jessie Jazz Vuijk, pour les plus célèbres, ont pu s’affronter dans une course de ventes dames à bord de Citroën C1, Toyota Aygo, Peugeot 107.

Leur récompense était de taille, car elles ont été honorées par la présence des comparses Pierre Gasly et Max Verstappen, venus remettre les trophées et amuser la galerie entre deux courses avec leur Formule 1 Aston Martin Red Bull motorisée Honda… reconnaissable par cette musique si particulière que l’on compare à un « miaulement ».

La Compagnie Honda Motor, constructeur indépendant, est toujours le premier constructeur mondial de moteurs avec 23 millions d’unités vendues à travers le monde, avec l’auto, la moto, la motomarine, l’avion (Jet Honda), les produits d’équipement pour jardins…

Le motoriste japonais s’est engagé depuis plusieurs années dans ce championnat du monde de voitures de tourisme pour s’en servir également d’image tout en sachant que les courses sont très accessibles pour un large public.

Des performances remarquables grâce au pilote argentin Esteban Guerrieri qui a pu lors de ce championnat remporter la Course 2 à bord de sa Honda Civic Type R TCR et ainsi offrir une seconde victoire pour son écurie ALL-INKL.COM Münnich Motorsport et cette écurie est actuellement en tête du championnat.

Cette compétition, « c’est un laboratoire d’expériences » plutôt que de se restreindre à un centre de recherche. Une batterie de tests pratiques, grandeur nature, dont le but est de perfectionner leurs autos : « tout ce qui est testé ici est mis en application sur nos voitures de production », explique Aurélie Litzler, attachée de presse automobile chez Honda France.

Honda va au-delà de l’aspect purement sport automobile et s’attache à créer notamment une bonne ambiance où règne un bel esprit. Ainsi, la marque nippone a permis à Tiago Monteiro, pilote automobile Honda, et à Randy de Puniet, pilote moto, de prendre le temps et d’échanger leur destrier pendant la course WTCR en Slovaquie. Un moment unique où Honda a réussi à rapprocher l’univers du sport auto et la moto d’endurance.

Après la Slovaquie, le challenge à Zandvoort était de rapprocher d’autres grands noms du sport auto « qui se connaissent, mais qui n’ont jamais l’occasion de se rencontrer », explique-t-on chez Honda. Et c’est grâce à l’enthousiasme de ses équipes que deux pilotes Formule 1, Red Bull Pierre Gasly et Max Verstappen, ont pu prendre le temps d’échanger avec Tiago Monteiro, qui vient de reprendre après un grave accident en essai privé à Barcelone, accompagné de son fils Noah qui a déjà réalisé des podiums en kart.

Un autre défi brillamment relevé par Honda qui démontre une fois de plus que le sport automobile c’est avant tout des moments de complicité, de respect, les uns vis-à-vis des autres

Car, au-delà d’une passion du sport mécanique, ou toute autre fierté chauviniste — pour ne pas dire nationaliste —, il y a surtout une vraie vie de famille.

La fête aura été complète avec l’annonce d’un prochain grand prix de F1 à Zandvoort pour 2020, sans oublier la victoire de la Hollande à l’Eurovision.

Daniel Latif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *