Economie, International, Politique

Ankara invitée par Moscou à un forum économique à Sotchi

Alors que la crise diplomatique entre Moscou et Ankara se poursuit, le Kremlin a invité la Turquie à un forum économique à Sotchi.

13536036_411850888985254_1279655108_n

Depuis l’abattage par la Turquie de l’avion russe SU-24 à la frontière turco-syrienne, les relations turco-russes sont tumultueuses : sanctions économiques et guerre de mots caractérisent leurs rapports. C’est sans compter les divergences sur la gestion du dossier syrien. qui ne font que creuser un peu plus le fossé entre les deux États.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/le-refroidissement-des-relations-turco-russes-lie-a-lerreur-dun-pilote/

Un rapprochement timide

Depuis début juin, les responsables politiques à Moscou et à Ankara multiplient les appels à l’apaisement et à la normalisation de leurs relations. Le dernier en date est celui du 12 juin dernier. À l’occasion de la fête nationale russe, le Premier ministre Binali Yıldırım et le Président turc Recep Tayyip Erdoğan avaient envoyé leurs vœux à leurs homologues russes respectifs.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/apaisement-entre-moscou-et-ankara/.

Mais, ces efforts n’ont pour l’instant pas permis de rétablir des relations bilatérales à leur niveau de coopération passé. En outre, le ministre des Affaires étrangères russe avait stipulé, après la réception des vœux turcs, que ces derniers ne contenaient aucun « élément substantiel » ; à savoir des excuses ou des propositions de compensations – conditions que le Kremlin estime indispensables au rapprochement turco-russe .

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/la-russie-nest-pas-prete-a-pardonner/

L’économie : vecteur de rapprochement ?

Il semble que sur la dimension économique, les responsables turcs et russes soient davantage prêts à faire des efforts.

Le dossier énergétique a ainsi permis un rapprochement timide turco-russe. En effet, le 7 juin dernier, le Président russe a stipulé que Moscou n’avait pas abandonné « définitivement » les projets énergétiques turco-russes South Stream et Turkish Stream.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/south-stream-et-turkish-stream-pourront-tils-etre-sauves/

Le 23 juin, c’était au tour de la Russie de tendre la main à Ankara en invitant la Turquie à participer à la réunion de l’Organisation de la coopération économique de la mer noire (CEMN) qui se déroulera le 1er juillet à Sotchi.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a indiqué que, en tant qu’organisateur du CEMN, il était de leur « devoir » d’inviter la Turquie. Le chef de la diplomatie russe, Vassily Nebenzia, attend la réponse à son invitation de son homologue turc, Mevlut Cavusoğlu, en espérant que celle-ci ne restera pas lettre morte.

Si Vassily Nebenzia a souligné que ce genre de forum ne se prêtait pas à des entretiens bilatéraux, il a néanmoins souligné la volonté de Moscou de s’entretenir avec Mevlut Cavusoğlu.

La Turquie comme la Russie ont tout intérêt à rétablir leurs relations économiques dans un contexte géopolitique où les deux États ont besoin de s’assurer une diversification de leurs débouchés économiques : la Turquie se trouvant en difficulté pour faire du commerce avec ses voisins du sud, indispensables au développement du sud-est de la Turquie, tandis que la Russie va devoir faire face au renouvellement des sanctions européennes qui ont été décidées cette semaine.

Camille Saulas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *