Politique, Société

Cizre : les Européens appellent à la fin des violences

La présidente du groupe des Verts au Parlement européen, l’Allemande Rebecca Harms, ainsi que son compatriote d’origine turque Cem Özdemir, co-président du parti écologiste Bündnis 90 / Die Grünen en Allemagne, ont appelé à une fin immédiate des violences après avoir visité la ville du Sud-Est turc, Cizre, où plus de 20 civils ont été tués la semaine dernière lors d’affrontements intenses entre les forces de sécurité turques et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Un couvre-feu avait été déclaré et maintenu pendant plus de huit jours, faisant vivre un véritable calvaire aux habitants.

228911

Accompagnés par un groupe de fonctionnaires locaux et de députés du Parti démocratique des peuples (HDP), Rebecca Harms et Cem Özdemir, ont visité la ville mardi 15 septembre, et ont eu un premier aperçu de l’impact dévastateur des affrontements qui ont durés une semaine entre le PKK et les forces de sécurité.

La semaine dernière, Cizre, ville de plus de 100 000 habitants dans une partie reculée au sud de la Turquie, proche de la frontière irakienne, avait été placée sous l’attention de la communauté internationale. Sur place, la situation des civils était aggravée par un blocus quasi-complet de la ville dans le but d’empêcher la fuite des membres du PKK. Mais le couvre-feu d’une semaine et les affrontements de rue ont déclenché une crise humaine, laissant plus de 20 morts parmi les civils.

Après avoir visité le quartier de Nur, Özdemir, qui a examiné des bâtiments résidentiels et des maisons, dont certaines ont été irrémédiablement endommagés par les combats, a appelé à une fin immédiate de la violence. Il a rappelé que le recours à la violence, vivement visible sur les bâtiments du quartier, ne fait aucun bien et que la façon la plus envisageable consiste à un dépôt des armes immédiat.

Lors de leur visite, Cem Özdemir et Rebecca Harms ont rencontré la municipalité, le gouverneur du district, l’association du barreau de Şırnak et d’autres représentants de la société civile.

Cizre a subi un couvre-feu de huit jours imposé le 4 septembre et levé le 12, qui a abouti à une scène similaire à un champ de bataille en raison d’affrontements continuels entre les forces de sécurités turques et les militants du PKK. Le parti pro-kurde HDP a rapporté ce samedi que 22 civils avaient été tués dans les combats.

Après leur visite à Cizre, Rebecca Harms et Cem Özdemir s’arrêteront à Mardin ou ils sont attendus pour rencontrer le co-maire de la ville, Ahmet Türk. Sur place, les politiciens se réuniront avec les représentants des médias afin de leur livrer leurs observations à propos de la ville. Ils s’envoleront ensuite vers Istanbul, mercredi, où ils visiteront le siège du journal Hürriyet dans le but d’exprimer leur soutien à la prise des médias. En effet, le siège du quotidien turc a été attaqué à plusieurs reprises par une centaine de personnes adhérentes au Parti de la justice et du développement (AKP), après que Abdurrahim Boynukalın, adjoint du parti à Istanbul, a menacé le média.

L’Europe insiste sur un règlement pacifique du conflit kurde

Lancé par un certain nombre de groupes politiques représentés au Parlement européen tels que le Parti populaire européen (PPE), socialistes et démocrates (S&D), Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE/NGL), un appel européen demande la reprise du processus de règlement du conflit, actuellement en suspension, afin d’amener les parties belligérantes, l’Etat turc et le PKK, autour d’une table de négociation pour régler leurs différends par des moyens pacifiques.

Appelant à une fin de la violence et au retour des négociations de paix, la déclaration a exhorté toutes les parties à renoncer définitivement à l’usage des armes, citant le nombre élevé de décès. En outre, la déclaration a appelé les dirigeants de l’UE à « agir immédiatement par tous les moyens possibles pour mettre un terme à la violence et amener les partis en conflit à la table des négociations ».

Lisa Dorche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *