Société

Attentats de l’aéroport Atatürk : Mardi noir en Turquie

Hier soir, vers les coups de 22h, l’aéroport international Atatürk a été frappé par un triple attentat-suicide. Bilan officiel : 36 morts, près de 150 blessés et trois assaillants soupçonnés d’appartenir à l’organisation Etat islamique, bien que l’attentat n’ait toujours pas été revendiqué.

Ataturk havalimani

Dans la nuit de mardi à mercredi, le Premier ministre turc Binali Yıldırım s’est rendu au chevet des blessés et a déclaré à la presse que « 36 personnes [avaient] perdu la vie » avant d’ajouter que « les indices [pointaient] vers l’organisation Etat islamique de Daesh ». Le bilan pourrait toutefois être appelé à s’alourdir puisque le ministre de la Justice Bekir Bozdag a pour sa part annoncé que 147 personnes avaient été blesses lors des événements.

Selon les autorités, les trois kamikazes auraient d’abord ouvert le feu à l’intérieur de l’aéroport avant d’actionner leurs explosifs à l’entrée du terminal international. Un mode opératoire qui, en plus de cibler vraisemblablement les touristes, ressemble à celui mis en œuvre lors des attentats du 13 novembre dernier à Paris.

Le président turc Erdoğan, via un communiqué de presse, a déclaré « vivement espérer que l’attentat visant l’aéroport Atatürk [soit] un tournant, une charnière, pour la lutte commune à mener, avec en tête les pays occidentaux. »

En écho à cette déclaration, les condamnations de la communauté internationale ont afflué dans les heures suivant le sanglant attentat. Ainsi, le président français François Hollande a dénoncé « un acte abominable », ainsi que la Maison blanche. Le Secrétaire général des Nations unies, Ban-Ki Moon, a pour sa part appelé à une coopération internationale accrue pour lutter contre la menace terroriste.

Membre de la coalition internationale contre l’Etat islamique en plus de mener un combat contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée comme terroriste par Ankara, Bruxelles et Washington, la Turquie a connu une année marquée par les attentats. Rappelons notamment ceux du 10 octobre, du 17 février et du 13 mars derniers à Ankara ainsi que ceux du 12 janvier et du 19 mars, et celui du 7 juin dernier à Istanbul, totalisant en tout 194 morts et plusieurs centaines de blessés – et c’est sans compter les multiples attentats qui surviennent quasi-quotidiennement dans le Sud-Est du pays.

Plus grand aéroport de Turquie et 11e au monde, Atatürk a accueilli 60 millions de passagers en 2015. Hier soir, le trafic aérien a été totalement interrompu jusqu’à 3 heures du matin. Bien que les choses soient à présent revenues à la normale dans l’enceinte de l’aéroport, il y a fort à parier que le bouleversement actuellement ressenti en Turquie et dans le monde entier prendra beaucoup plus de temps à se dissiper.

Yasmine Mehdi 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *