Art, Culture, Découverte, Société

Bulle d’air à l’Institut français d’Istanbul : Exposition « À la découverte du 9ème art »

Au cœur de l’avenue İstiklal, à Istanbul, se cache un petit havre de paix, l’Institut français de Turquie, qui propose de nous faire découvrir le 9ème art au travers d’une exposition tout du moins surprenante.

Qu’est-ce que le 9ème art ? 

Il s’agit ni plus ni moins de l’art de la bande dessinée (communément appelée : BD). En effet, cette expression fut créée par Morris, le créateur de Lucky Luke, afin que l’art de la bande dessinée soit considéré comme un art à part entière, au même titre que le cinéma ou la photographie. 

Ainsi, la bande dessinée est un art littéraire et graphique séquentiel en ce qu’il s’agit d’une succession d’images, selon un ordre réfléchi, dans le but d’élaborer une narration. 

À la découverte d’Ersin Karabulut

L’exposition « À la découverte du 9ème art », qui est à découvrir jusqu’au 26 septembre, met notamment à l’honneur les planches issues des œuvres du célèbre auteur et dessinateur turc Ersin Karabulut. 

Né à Istanbul en 1981, Ersin Karabulut jette un regard critique sur la société et ses dérives au travers de ses contes satiriques et dystopiques, à l’humour noir pointu. Il met en scène des personnages frappants de réalité auxquels tout le monde pourrait s’identifier, le tout formant un ensemble à caractère universel visant à révéler des problématiques communes. 

C’est ainsi que l’Institut français nous invite à découvrir ou à redécouvrir au travers de cette exposition certaines de ses planches en langue turque, mais également en langue française. 

La bande dessinée sous l’angle numérique

Outre les œuvres traditionnelles sur papier, l’Institut français propose de nous faire découvrir la bande dessinée sous un tout autre format : le numérique. La révolution numérique n’aura pas épargné le domaine de la bande dessinée. Plus que ça, elle est véritablement venue repenser la relation entre l’auteur et le lecteur. C’est ainsi qu’au cours de cette exposition, le spectateur est invité à découvrir deux œuvres présentées sous forme numérique :  Le grand méchant renard et Phallaïna.

Au moyen d’une tablette, il est laissé le choix au lecteur quant à l’issue de la narration ; le lecteur devient alors un véritable acteur de la bande dessinée. Il s’agit alors de partir à la découverte d’une nouvelle expérience de lecture par la mise en avant des nouvelles technologies de production et de diffusion, qui nous offrent des œuvres d’un genre nouveau. 

Cette exposition met donc en exergue plusieurs aspects relatifs à l’art de la bande dessinée, d’une part, sous une forme traditionnelle traitant de sujets relativement brûlants d’actualité au travers des œuvres de Ersin Karabulut et, d’autre part, sous une forme complètement novatrice quant au support de diffusion et à l’expérience de lecture interactive. 

En tout état de cause, le lecteur, le spectateur, est le personnage central de l’exposition. En ce sens, à l’issue de celle-ci, il est proposé au spectateur de remplir les bulles de dialogue d’une planche de Ersin Karabulut. 

Nul doute qu’il vous tarde désormais de partir à la découverte du 9ème art, alors…à vos crayons !

Dalila Achammami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *