International, Politique

Espagne : pas encore le grand soir pour Podemos

podemos

Teresa Rodriguez.

Les 6,5 millions d’habitants de l’Andalousie étaient appelés aux urnes ce dimanche pour une élection régionale anticipée. Dans cette région stratégique qui est la plus peuplée d’Espagne, le parti antilibéral Podemos, très attendu au tournant de ces élections, est finalement arrivé troisième face au PSOE et au Parti populaire.

À moins d’un an des élections législatives espagnoles, le scrutin faisait figure de test pour le parti antilibéral espagnol allié de Syriza. Les Andalous étaient ainsi les premiers à vérifier si Podemos, né du mouvement des Indignés en janvier 2014, serait en mesure de peser lors des prochains scrutins de cette année, comme les élections régionales et municipales de mai et les élections législatives de la fin de l’année. Ces votes à venir seront décisifs pour l’Espagne.

Toutefois, Podemos n’a pas créé la surprise. Il n’est pas parvenu à dépasser les deux partis traditionnels au pouvoir, arrivant en troisième position. Le parti anti-libéral, dirigé en Andalousie par la députée européenne Teresa Rodriguez, n’a obtenu que 15% des voix et 15 sièges sur 109 au Parlement régional.

Ce sont les socialistes qui sont arrivés en tête avec 35,8% des suffrages. N’ayant toutefois pas obtenu la majorité absolue, ils devront s’allier avec d’autres formations pour gouverner. Parallèlement, le Parti populaire, de droite fait figure de grand perdant avec seulement 26,4% des voix contre 40% aux dernières élections régionales.

Ainsi, les socialistes espagnols ont réussi à conserver l’Andalousie, mais Podemos tend à remettre en cause l’équilibre traditionnel du bipartisme, longtemps ancré dans cette région. À noter aussi, l’émergence de Ciudadanos, un parti du centre droit qui a obtenu 9% des suffrages et 9 sièges au Parlement régional et qui pourrait se présenter comme faiseur de rois lors des élections législatives de novembre.podemos_2

Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, a toutefois déclaré sur Twitter : «Le chemin s’ouvre en marchant. Merci l’Andalousie, (…) merci marcheurs pour ce premier pas, nous irons de l’avant ».

Thomas Nicod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *