International, Politique

Europe Écologie-Les Verts en pleine crise interne

Après François de Rugy jeudi, Jean-Vincent Placé a annoncé ce matin son départ du parti Europe Écologie-Les Verts alors même que le Parti socialiste est en pleine université d’été.

Place

C’est sur Europe 1 que Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat, a annoncé qu’il quittait le parti Europe Écologie-Les Verts. Cette décision aggrave encore plus la crise commencée la veille avec l’annonce similaire de François de Rugy, coprésident du groupe à l’Assemblée.

« C’est un astre mort, une structure morte qui donne aujourd’hui une vision caricaturale et politicienne de l’écologie », a déclaré Jean-Vincent Placé. Avec M. de Rugy, il s’était opposé au départ de son parti du gouvernement après la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre en 2014.

Cette décision est loin d’être une surprise, puisque cela faisait déjà plusieurs mois qu’il laissait planer le doute. Il dénonçait notamment l’orientation trop à gauche et anti-gouvernement d’Europe Écologie-Les Verts. « EELV se fourvoie dans une dérive gauchiste », dénonce-t-il.

Il s’en est pris également aux différentes alliances passées avec le Front de gauche dans certaines régions pour les élections régionales qui auront lieu le 6 et 13 décembre. Jean-Luc Mélenchon a réagi en saluant leur départ dans un tweet : « La droite des Verts à clarifié sa position. Elle part. Vivement la même chose au PS ».

Jean-Vincent Placé a également annoncé la création d’un nouveau courant écologiste avec François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias. Mais il estime qu’une candidature des écolos à la présidentielle de 2017 n’est pas souhaitable.

Ces deux départs successifs arrivent en pleine université d’été du PS et posent la question de la pérennité du parti Europe Écologie-Les Verts miné par des crises internes qui semblent plus que jamais insolubles.

Claire Villalon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *