International

France : attentat contre une usine chimique en Isère, une victime décapitée

En France, l’usine de gaz industriel Air Products, située en Rhône-Alpes, a été la cible d’un attentat ce vendredi 26 juin. Les informations connues permettent de dénombrer une victime et deux blessés tandis qu’un suspect aurait été arrêté peu de temps après les faits survenus dans la matinée.

isere

Ce que l’on sait de l’attentat

Peu avant dix heures ce matin, une forte explosion s’est produite sur le site de la société Air Products à Saint-Quentin Fallavier, en Isère. Une voiture pénétrée dans l’enceinte de cette usine à gaz aurait effectué plusieurs tours à grande vitesse, avant de se projeter à la rencontre de l’une des bonbonnes à gaz de l’usine, provoquant ainsi une explosion. Une heure plus tard, une source proche de l’enquête annonçait la découverte d’un corps démembré et dont la tête avait été accrochée à un grillage de l’entreprise, une dizaine de mètres plus loin. Le corps était recouvert d’un drapeau portant des inscriptions en arabe.

Un suspect a ensuite été arrêté au cours de l’après-midi, non pas par les forces de l’ordre mais par un pompier qui, « avec beaucoup de sang froid » comme l’a indiqué le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, aurait mis l’individu hors d’état de nuire avant de le remettre entre les mains des gendarmes français. Fiché par les services de renseignements français depuis 2006 pour « radicalisation », l’individu de 35 ans répond au nom de Yassin Salhi. Sa victime présumée ne serait autre que son employeur, patron d’une compagnie de livraison de la région. Sa compagne, interpellée dans le cadre de l’enquête, parle d’une vie de « famille normale » et sans histoire. Un troisième suspect aurait également été arrêté.

isere_2

Retour express du président Hollande

Le président français en visite à Bruxelles aurait découvert les événements aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel en regardant les informations. Les deux dirigeants venaient de quitter le président grec Aléxis Tsípras, rencontré à l’occasion d’un Sommet européen exceptionnel destiné à faire le point sur la situation entre la Grèce et ses créanciers. Le chef de l’État français aurait quitté précipitamment le sommet afin de rejoindre son pays en début d’après-midi. L’ensemble de la classe politique française a vivement réagi à l’attentat, qui entre en sinistre résonance avec les événements survenus aux locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier dernier, faisant 12 victimes.

Plusieurs interrogations demeurent au sujet de l’attentat de ce matin, concernant le choix de l’usine comme lieu de l’attentat, le nombre de personnes impliquées, ainsi que la signification des paroles figurant sur le drapeau retrouvé sur le corps de la victime et dont les autorités n’ont toujours pas confirmé la traduction.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *