International, Politique

France : Retour sur le second tour des élections législatives

7881 candidats pour 577 fauteuils : hier, les Français avaient à élire les députés pour les cinq années à venir. Le tsunami LREM est moins fort qu’attendu et la majorité des électeurs a déserté les urnes. Retour sur le résultat de ces élections.La majorité des Français a déserté les urnes. Si l’abstention était attendue, il convient de souligner que celle d’hier (56,64%) constitue un record pour un scrutin national. C’est sans doute un mélange de lassitude de ces derniers mois, d’une impression que voter est un combat perdu d’avance voire, pour les partisans d’En Marche, que c’est déjà gagné et qu’une mobilisation n’est pas nécessaire.

En obtenant 351 des 577 sièges de l’Assemblée nationale, La République En Marche (et alliés du MODEM) offre la majorité absolue au président Macron. À droite, Les Républicains ( et l’UDI) s’impose tout de même avec plus de 120 sièges – se plaçant ainsi en principale force d’opposition.

Toutefois, les accointances idéologiques étant nombreuses, en particulier s’agissant de la dérèglementation du travail et la volonté de transformer le système social français, LR-UDI pourrait soutenir le programme d’Emmanuel Macron et donc être difficilement crédible comme force d’opposition au gouvernement. Reste à voir comment les députés se positionneront à court et moyen terme.

S’agissant des deux autres forces autour des 20 % au premier tour de l’élection présidentielle, des trajectoires différentes ont été observées. Le Front national obtient huit députés ; plus qu’il y a cinq ans, mais loin de ses objectifs. Il n’aura pas de groupe à l’Assemblée, contrairement à la France Insoumise avec plus de 15 députés (dont des figures fortes), un groupe, et qui réussit donc son pari.

En obtenant moins de 50 députés, le Parti Socialiste n’est plus une force majeure du paysage politique français. S’il pourra former un groupe, c’est la pire performance du parti depuis sa fondation et plusieurs figures du quinquennat sortant ont été battues (M. El Khomri, N. Vallaud-Belkacem, J-J Urvoas). À noter qu’un recours va être déposé pour contester la victoire de Manuel Valls, dont l’équipe aurait détruit des bulletins (rendant ainsi impossible le recomptage) et déclaré la victoire sans signature de plusieurs procès-verbaux par les assesseurs Insoumis. À suivre.

Le PCF – qui se caractérise surtout par le communisme municipal et l’absence d’accord électoral avec la France Insoumise pour ce scrutin, obtient tout de même sept députés ; sept aussi pour les députés Divers gauche et trois pour le Parti radical de Gauche. Les députés Divers droite sont au nombre de six. Il n’y aucun député d’extrême gauche. Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a été réélu.

C’est maintenant la fin d’une année d’élections aussi inattendues qu’intenses en France. Après l’analyse des législatives dans le mensuel du mois de mai (une version en ligne est disponible ici : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/a-presidentielle-inedite-legislatives-exceptionnelles/), notre prochain numéro reviendra plus en détail sur les résultats et le bilan de cette séquence électorale.

K.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *