International, Société

La main tendue de l’Union européenne à la Turquie

 Hier, jeudi 15 octobre, les dirigeants des 28 pays de l’UE se sont réunis pour discuter du sort de la Turquie. Les chefs d’Etats et de gouvernements se sont mis d’accord : l’Europe devrait verser jusqu’à 3 milliards d’euros à la Turquie pour l’aider au maintien des réfugiés sur le sol.  

ue_turquie

Alors que l’offre de l’UE à Ankara était plafonnée à 1 milliard, les dirigeants des pays membres de l’UE ont décidé hier soir d’augmenter l’aide versée à la Turquie.

Face à l’exode en mer Egée, la nécessité de ralentir les migrations s’est imposée aux chefs d’Etats et de gouvernements de l’UE. Ces derniers ont finalement décidé d’aider la Turquie à accueillir durablement une grande partie des 2.2 millions de réfugiés syriens. « Nous sommes prêts à partager le fardeau (de la Turquie), par des aides européennes et bilatérales », déclare Angela Merkel.

C’est la chancelière allemande, Angela Merkel qui a poussé les négociations à leur maximum. Le budget exact n’a pas encore été déterminé, Jean-Claude Juncker, chef de l’exécutif européen précise qu’il sera négocié « dans les prochains jours ».

Dimanche, à Ankara, Angela Merkel compte convaincre le président Erdoğan grâce à trois concessions discutées hier soir. Bien qu’elles n’aient pas été publiquement annoncées, il s’agit tout d’abord de la libéralisation des visas d’entrée sur le territoire européen. François Hollande dit avoir « insisté pour que, si libéralisation des visas il doit y avoir avec la Turquie, ce soit sur des bases extrêmement précises et contrôlées ». La libéralisation concernera tout d’abord les hommes d’affaires et les étudiants turcs. Ensuite, il s’agit de la relance du processus d’adhésion de la Turquie. Enfin, de l’inscription prochaine de la Turquie sur la liste européenne des pays « sûrs », dès le mois de novembre.

Hier soir, il est indéniable que les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE ont tendu une main à la Turquie : « sans la Turquie nous ne trouverons pas de solution », a insisté la chancelière allemande.

Kheira Djouhri

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *