Economie, International, Politique

Le Luxembourg à l’image d’une Europe désolidarisée

luxembourg UE

Au trou noir de l’évasion fiscale

Alors que s’enchainent les débats sur les paradis fiscaux, comment peut-on paraître surpris des révélations portées sur le Luxembourg ? Il est de ces places off-shore aux secrets bien gardés, et cela, depuis des années. S’il est l’un des pays au dumping fiscal le plus élevé, il n’est pourtant pas seul car, dans sa lignée, apparaissent Pays-Bas, Royaume-Uni, Irlande et tant d’autres. Admirablement enthousiastes étions-nous quand le Luxembourg déclarait mettre fin aux avantages fiscaux accordés aux particuliers. La transparence fiscale, toujours de mise au sein des discours européens n’est pourtant encore que partielle. Ce sont plus de trois cents firmes transnationales qui implantaient leurs holdings au Luxembourg, échappant ainsi à la majorité des normes fiscales européennes. Il s’agit là d’une pratique légale. Nuisible certes, mais légale. Il y a d’abord les hedgefunds jouissant d’une non-taxation des plus valus tirées des luxembourgventes d’actions. Et puis Apple, Amazon ou encore AIG, bercées et charmées par le tax ruling luxembourgeois, sorte de fiscalité à la carte dirons-nous. Se développent alors des montages alambiqués d’exonérations fiscales, un manque à gagner chiffré à cent milliards d’euros pour des États européens subissant l’absence de normes homogènes et, de fait, un dumping des plus déloyaux.

 À l’hypocrisie ambiante se dessine Monsieur Juncker

Comment voulez-vous prendre au sérieux les directives de la Commission européenne quand l’homme qui la préside n’est autre que l’ancien Premier ministre du Grand-duché ? Monsieur Juncker, appelant à l’austérité, à la rigueur et à l’effort budgétaire, orchestrait en parallèle le cercle vicieux d’une Europe à deux vitesses, d’une Europe à la croissance hétérogène. Lutte contre l’inflation et politique structurelle, ainsi l’Italie de Monti réformait l’âge du départ en retraite tout en baissant les allocations chômages et en introduisant de nouvelles taxes d’habitations. Pendant ce temps-là, la Grèce, pour obtenir des liquidités s’était mise à vendre ses biens publics, biens du peuple, biens communs, et cela pour renoncer aux taux usuraires des marchés financiers. Il devient alors évident qu’il est difficile d’obtenir des recettes fiscales quand, la solidarité, s’évapore d’un modèle social pourtant au fondement de la création européenne. On lie les mains de certains États, rendus incapables de politiques conjoncturelles, quand d’autres bénéficient de ces mêmes règles d’austérité. Le cercle est trop vicieux, et il est, me semble-t-il, bien trop facile de rejeter la faute sur les épaules du Luxembourg. Tant que l’opacité sera de mise, malin est celui qui en profitera, et tant mieux pour lui. Les failles sont là, autant s’y glisser, c’est humain après tout. Peut-être faudrait-il plutôt repenser cet échelon supranational dont on parle tant mais qui pourtant s’avère toujours si abstrait.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *