santé, Société

Le point sur la Covid-19 en Turquie : un retour précipité des restrictions sanitaires

Depuis un relâchement partiel des mesures sanitaires début mars, la Turquie prend de plein fouet une nouvelle vague de contamination, enregistrant plus de 30 000 nouveaux cas par jour et atteignant 3,24 millions de cas de Covid-19 au total sur le territoire. En réaction, le président Recep Tayyip Erdoğan a pris la parole hier soir pour annoncer de nouvelles restrictions, opérant un demi-tour complet par rapport à l’abaissement des restrictions octroyé au début du mois. 

Vers une nouvelle échéance : le ramadan

Mettant fin au suspense pour tous les musulmans du pays, le chef de l’État a levé le voile sur le contexte dans lequel va se dérouler le ramadan qui commencera dans la nuit du 12 au 13 avril prochain. 

À cette date, tous les restaurants, cafés et bars devront fermer leur porte au public et seulement fournir le service à emporter et les livraisons. 

Le couvre-feu en fin de semaine – qui commence chaque vendredi soir à 21 heures et se termine chaque lundi matin à 5 heures – s’appliquera dans les zones qui en étaient dispensées jusqu’alors, en somme sur l’ensemble du pays. Pour les zones « à risque » ou à « haut risque », c’est-à-dire 58 provinces sur 81 désormais et parmi lesquelles on compte Istanbul, Ankara et Izmir, le retour du couvre-feu total le week-end prendra place dès la fin de cette semaine. 

Un revirement de situation

L’annonce de ces nouvelles mesures vient contrecarrer le relâchement de la situation actuelle opéré début mars, témoignant de l’urgence de la situation en dépit de la campagne de vaccination avec le vaccin chinoise Sinovac débutée le 14 janvier et ayant déjà atteint les 15 millions de doses administrées.

En effet, ces dernières semaines, débutait le desserrement des restrictions sanitaires, redonnant du souffle à l’asphyxie économique que subit le pays. 

Depuis le 1er mars, et encore actuellement, le pays est découpé en quatre zones selon le nombre de vaccins administrés et le taux de contamination : les zones rouges à « risque très élevé », les zones orange à « risque élevé », les zones jaunes à « risque moyen » et les zones bleues à « risque faible ». Dans l’ensemble du pays, le couvre-feu en semaine de 21 heures à 5 heures du matin est maintenu, ainsi que l’obligation du port du masque dans l’espace public, l’interdiction d’être debout dans les transports en commun et de fumer dans les rues. En revanche, les zones orange, jaunes et bleues ont pu voir leurs restaurants, cafés et salons de thé rouvrir avec un accueil du public à hauteur de 50 % de leur capacité et seulement de 8 heures à 19 heures. Le couvre-feu du week-end est levé dans les deux dernières zones ainsi que les restrictions spécifiques des citoyens et résidents âgés de plus de 60 ans et de moins de 20 ans.

Cependant, restent non accessibles au public les cinémas, les théâtres et les évènements sportifs sur tous les territoires ainsi que les piscines et complexes sportifs dans les zones rouges et orange. 

Une exception : le tourisme

Les touristes, essentiels à l’économie du pays, sont toujours bienvenus. La Turquie garde ses frontières ouvertes pour tous les passagers à condition d’avoir en sa possession un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant le vol pour toutes personnes de plus de six ans, et de remplir le formulaire du ministère turc de la Santé disponible sur https://register.health.gov.tr/#

En revanche, les vols en provenance du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud, du Danemark et du Brésil sont suspendus dans le but d’éviter la propagation des variants.

Une fois sur place, les touristes ne sont pas sujets au couvre-feu et peuvent voyager sans restriction d’une province à une autre. Un code HES est toutefois demandé pour entrer dans chaque espace public, faisable via l’application Hayat Eve Sığar.

En cas de contamination à la Covid-19, une quarantaine de dix jours est toutefois exigée, de même que pour les cas contact, mais qui pourra être raccourcie à sept jours en l’absence de symptômes et en présence d’un test PCR négatif.

Perrine Authier 

1 Comment

  1. Philippe GAJERO

    Bonjour,
    Pouvez-vous préciser s’il s’agit de 15 millions de doses administrées simples ou doubles ?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *