Economie

Le promoteur turc Garanti Koza investit 240 millions d’euros à Sofia

La compagnie turque Garanti Koza a annoncé le 21 juillet la construction d’un immense complexe commercial et résidentiel à Sofia en Bulgarie. Ce projet, à hauteur de 260 millions de dollars, soit 240 millions d’euros, sera l’un des plus grands projets immobiliers du secteur privé du pays.

n_85715_1

La Bulgarie, pays limitrophe de la Turquie sur quelques 260 kilomètres de frontières, a besoin d’investissements étrangers pour stimuler sa croissance et réduire ses déficits budgétaires dus à l’ancrage de sa monnaie, la Lev, à l’euro depuis 2007. Ce projet, baptisé « Grand Canyon », s’étend sur quelques 43 000 mètres carrés, à Mladost, un des quartiers les plus modernes de la capitale bulgare. L’immense construction comprendra des tours résidentielles, un centre commercial, ainsi qu’un parc de loisirs. Le « Grand Canyon » devrait être achevé vers 2018.

De plus, la société Garanti Koza n’en reste pas là puisqu’elle envisage déjà de lancer prochainement un deuxième projet immobilier dans le centre-ville. « Il sera situé dans le centre de Sofia et sera quatre fois plus grand en termes d’échelle et d’investissement » a annoncé Erden Bilginer, un membre du conseil d’administration de la société.

De tels projets, dont les retours sur investissement sont importants, permettraient d’aider l’économie immobilière de ce pays des Balkans. Avant la crise financière, l’économie bulgare connaissait une expansion de 6 à 7% par an, notamment grâce aux investissements directs à l’étranger (IDE). De 2000 à 2007, ces IDE sont passés de 1 à 13 milliards de dollars, avant de chuter à 2,4 milliards en 2011.

Ce projet économique d’envergure s’aligne sur une relation turco-bulgare profonde. Deuxième partenaire à l’exportation derrière l’Allemagne, la Turquie est également le premier pays en terme d’implantation d’entreprises dans le pays et leur relations économiques sont en croissance régulière. Les entreprises turques sont, en effet, très présentes dans ce pays des Balkans, notamment dans le domaine de la construction et des assurances. Les intérêts économiques réciproques et la bonne intégration de la communauté turcophone – qui représente 8% de la population bulgare – incitent au rapprochement entre ses deux pays voisins.

Florie Cotenceau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *