Société

Les proches d’un chauffard menacent la famille endeuillée

Mehmet Emin Kaya a été tué dans un accident de voiture à Istanbul le 11 juillet. Depuis, les proches du conducteur incriminé, toujours en fuite, profèrent des menaces à l’encontre de la famille endeuillée. Ils proposent notamment d’abandonner les poursuites judiciaires contre de l’argent.

Fleuriste

C’est en vendant ses fleurs au bout de l’avenue Bağdat que Mehmet Emin Kaya, 34 ans, perd la vie, percuté par un véhicule. Selon des témoins, la voiture de luxe est lancée à pleine vitesse, bien au-delà de la limitation. Son propriétaire, Murathan Öztürk, 19 ans, s’évanouit dans la nature sans avoir été interpellé. La famille de Mehmet, accablée par le drame, n’est pourtant pas au bout de ses peines. Car très vite après l’accident, elle reçoit une proposition de la famille Öztürk : abandonner les poursuites contre un dédommagement financier. Il faut dire que Murathan, qui suit des études de droit dans une faculté privée, vient d’un milieu privilégié. Les proches du fleuriste refusent : le jeune homme n’utilisera pas sa richesse pour fuir ses responsabilités.

C’est alors que les menaces commencent. Elles deviennent toujours plus nombreuses et de moins en moins dissimulées. Selon Hürriyet Daily News, la sœur du chauffard aurait envoyé sur les réseaux sociaux ce message à l’une des filles des Kaya, âgée seulement de 13 ans : « Murathan a écrasé Mehmet. La prochaine fois il s’occupera de toi. » Face à ces tentatives d’intimidation, les Kaya ont décidé de se défendre sur le terrain judiciaire. « Nous poursuivons cette famille pour complicité », indique İlknur Tunç, l’avocat des Kaya, dans une déclaration. Il demande à ce que Murathan Öztürk et sa famille soient jugés dans les plus brefs délais.

Mais l’enquête piétine. Et les obstacles s’accumulent. Selon l’avocat des Kaya, cité par Hürriyet Daily News, l’enquête a dû repartir de zéro. La raison : un changement de procureur lors des vacances judiciaires. Plus troublant, une carte d’identité de reporter de police au nom de Murathan Öztürk a été retrouvée sur les lieux de l’accident. « Or, il n’est ni officier, ni journaliste travaillant pour la police » argumente Maître Tunç. « Alors comment se l’est-il procurée ? »

En attendant, les Öztürk continuent de faire front ensemble, tout en se faisant les plus discrets possible. Le chef de famille, Mustafa, affirme que Murathan est actuellement dans un hôpital privé pour soigner ses blessures. « Je ne le délivrerai aux autorités que lorsqu’il sera remis sur pied », a-t-il déclaré. Quant à sa sœur, elle a préféré fermer son compte Twitter.

Antoine Rolland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *