International, Politique, Société

Lutte contre le trafic humain: le projet commun de l’UE et la Turquie

Mercredi 17 septembre 2014, un projet de l’Union Européenne se lance à Ankara pour renforcer la structure législative et opérationnelle de lutte contre le trafic humain en partenariat avec la Turquie. La cérémonie réunira Mr Seyfullah HACIMÜFTÜOĞLU, secrétaire au Ministère de l’Intérieur, Mr Béla SZOMBATI, Chargé d’affaires de la délégation de l’UE en Turquie, Mr Atilla TOROS, Directeur général du General Directorate of Migration Management (GDMM), et Ms Meera SETHI, chef de la mission IOM en Turquie. A la frontière de l’Europe, l’UE tente donc de renforcer les liens avec ce partenaire qu’elle refuse encore d’accueillir, profitant d’un statu quo qui sert ses intérêts.

Trafic humain

Avec ce projet d’1,9 millions d’euros, l’Union Européenne et la Turquie vont joindre leurs forces pour renforcer l’application des différentes lois nationales et les autres institutions chargées de la prévention, de la protection et de la lutte contre le trafic humain. Le projet établira un mécanisme de coopération inter-agences, il mettra à jour les procédures opérationnelles déjà existantes afin de développer la coopération, il améliorera la coordination dans l’assistance des victimes, et rendra les poursuites judiciaires des responsables plus efficaces. La capacité des autorités responsables, en particulier le GDMM, et des ONG à collecter des données fiables et complètes sur le trafic humain en Turquie sera considérablement améliorée en conséquence.

Ce partenariat entre l’Europe et la Turquie se fonde sur un accord quant au caractère essentiel de la collecte d’informations et de l’analyse statistique en tant qu’outils de développement des stratégies anti-trafic. Le projet sera mis en place pour l’Organisation Internationale pour les Migrations (IOM).

Il s’agit avant tout pour l’Europe de garder le contrôle des migrations en provenance de Turquie, plaque tournante de nombreux trafics humains en provenance d’Asie et du Moyen-Orient. L’assistance financière de l’Europe vers la Turquie dans la lutte contre le trafic humain date de 2005. Mais avec les événements récents, et l’été brulant d’actualité dans l’Est de la Méditerranée, ce nouveau programme fait écho à l’arrivée massive en Turquie de réfugiés, qu’ils viennent d’Irak ou de Syrie, souvent désireux de traverser le Bosphore pour atteindre le vieux continent.

Benjamin Delille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *