Politique

Mustafa Akıncı, président de la République turque de Chypre du nord : « Nous serons maîtres chez nous »

Image processed by CodeCarvings Piczard ### FREE Community Edition ### on 2015-04-27 13:46:17Z | http://piczard.com | http://codecarvings.com

Le nouveau président de la République turque de Chypre du nord, Mustafa Akıncı, a contrarié Recep Tayyip Erdoğan en se déclarant en faveur d’une réconciliation avec la République de Chypre du sud. Des velléités d’émancipation qui pourraient bien briser le statu quo.

Dimanche dernier se sont tenues les élections présidentielles de la République turque de Chypre du Nord (RTCN), à l’issue desquelles Mustafa Akıncı a été élu avec 60,3% des voix. Cet évènement a eu d’importants échos sur la scène internationale du fait de la position du nouveau président issu du centre-gauche, qui souhaite achever le processus de paix entre la RTCN et la République de Chypre du sud. Il s’est également prononcé pour une prise d’autonomie vis-à-vis d’Ankara, qui passerait par « le contrôle de leurs propres institutions » et par « des rapports sains et directs » avec la République turque. « Nous serons maîtres chez nous », a-t-il affirmé.

Le président de la République de Chypre du sud, Nicos Anastasiades, a salué le choix des électeurs sur Twitter : « l’élection de Mustafa Akıncı est un évènement encourageant pour notre patrie commune. J’ai hâte de m’entretenir avec lui ». Les pourparlers entre les deux entités chypriotes devraient donc reprendre en mai après des mois d’interruption.

Ces nouvelles n’ont bien sûr pas été du goût d’Erdoğan, qui n’a pas tardé à semoncer le successeur de Derviş Eroğlu : « Monsieur le président ne réalise pas bien ce qu’il dit », a-t-il raillé, affirmant également au sujet de la RTCN : « Nous avons payé un lourd tribut et c’est justement pour cela que nous en sommes la mère-patrie ».

Rappelons que la RTCN, qui existe depuis 1983, n’est reconnue que par Ankara, qui lui apporte un soutien financier atteignant un milliard de dollars par an. Par là même, le divorce turco-chypriote s’annonce difficile.

Victoria Coste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *