International, Politique

Nouvel attentat commis par Daech en France

Mardi 26 juillet, un prêtre a été tué et un homme est en situation d’urgence à Saint-Étienne-du-Rouvray, dans la Seine Maritime. Dans la matinée, deux hommes appartenant à l’organisation terroriste, État Islamique, sont entrés dans une église pendant la messe matinale et ont pris en otage les six personnes se trouvant à l’intérieur: le prêtre, trois sœurs ainsi qu’un couple de fidèles. Le Président de la République s’est rendu sur les lieux du drame dans la journée. St-Etienne

L’horreur, encore…

« Les jours passent et se ressemblent tragiquement », écrivait ce matin Le Figaro. Mardi matin, alors qu’une messe avait lieu dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, petite ville près de Rouen, en Normandie, deux hommes ont pris en otage les six personnes présentes dans l’église : un prêtre, trois sœurs et un couple de fidèles. À l’issue de cette prise d’otage dans laquelle les deux assaillants ont été tués, le corps du prêtre, le Père Pierre Hamel, égorgé, a été retrouvé. L’homme présent dans l’église a été gravement blessé au cou, mais son pronostic vital ne serait pas engagé.

C’est une des sœurs présentes dans l’église qui a réussi à s’échapper et donner l’alerte. La BRI et la BAC se sont rendues sur les lieux et ont procédé à une tentative de dialogue avec les assaillants. Munis d’armes de poing et de faux explosifs, les deux hommes ont stipulé agir au nom de Daech.

L’un des assaillants formellement identifié

Il s’agit d’Amel Kermiche, un jeune homme de 19 ans connu des services de la police anti-terroriste pour avoir tenté à deux reprises de se rendre en Syrie. Muni d’un bracelet électronique et assigné à résidence, Amel Kermiche était censé se trouver chez lui au moment de l’attaque.

 L’attentat a été revendiqué, dans la journée, par Daech via son porte-parole qui a déclaré les deux hommes comme étant ses “soldats” de l’organisation.

“Attaquer une église c’est attaquer la République”

Beaucoup de peine, ce matin, dans les réactions des politiques sur les réseaux sociaux.

Christian Estrosi, président de la région PACA, s’est dit sur Twitter “horrifié par ce drame”, tout comme Roger Karoutchi, sénateur des Hauts-de-Seine, qui quant à lui a publié “Au moins un otage, un prêtre, un homme de paix, égorgé dans son église, lieu de recueillement et de prière… Horreur et dégoût…”. “Tuer un prêtre, attaquer une église, c’est attaquer toute la France”, a publié l’Élysée sur son compte officiel Twitter. Symbole de la France et de la République, “ce sont nos valeurs qu’ils attaquent”, a déclaré Alain Juppé.

De la peine, mais aussi de la révolte: “Changeons de stratégie et arrêtons de reculer!” a clamé Jean-François Coppé sur son compte Twitter, tout comme Marine Le Pen qui a déclaré “Ils tuent nos enfants et égorgent nos prêtres, réveillons-nous!”.

François Hollande a appelé à faire bloc face à cette “menace qui n’a jamais été aussi grande”. Le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray a dénoncé un “acte de barbarie brut” dans un émouvant discours, plus tard dans l’après-midi.

Le deuxième assaillant est toujours en cours d’identification, et deux perquisitions ont eu lieu le soir même dans la ville endeuillée de Saint-Etienne-du-Rouvray.

C.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *