Culture

Ouverture de la saison culturelle à Notre-Dame de Sion : quand le lyrisme se mèle à la musique

IMG_2182 copie

Marie-Christine Barrault et Franck Ciup ont magistralement ouvert mardi la saison culturelle de Notre-Dame de Sion avec « L’amour de lire ».

En passant le seuil du théâtre de Notre-Dame de Sion, la lumière tamisée vous enveloppe de sa sombre candeur. Les fauteuils rouges vous invitent à vous laisser délicieusement bercer par le piano, qui ne va plus tarder à laisser échapper quelque mélodie envoûtante. Le silence se fait, les têtes se dressent, attentives à l’entrée en scène des deux artistes. Franck Ciup s’avance le premier, seul, jusqu’à l’imposant piano à queue trônant au milieu de la scène. Ses doigts commencent alors à se mouvoir sur le clavier, et le piano se met à chanter. Des notes douces vous invitent à rentrer dans ce moment d’éternité.

IMG_2181 copie

IMG_2094 copieLe corps délassé dans un fauteuil, les émotions confusent de l’âme peuvent enfin vous envahir. La musique vous recentre sur votre existence tout en vous arrachant à vous-même. Puis, au détour d’une phrase musicale, drappée dans une robe bleue digne des contes anciens, Marie-Christine Barrault s’avance sur scène. Une liasse de feuilles à la main rendue jaunie par la lumière de la scène, vous faîtes face à un être de légende, un troubadour des temps passés, une apparition qui vient vous délivrer un message. Un message vraiment ? Non, pas un message, un écho de votre propre âme. Prophetesse de l’humain, elle commence alors sa lecture des extraits de Christian Bobin. Vous voilà transporté. Vous quittez une réalité trop dérisoire pour vous plonger quelques instant dans l’essence de l’univers, dans ce qui donne cette valeur inestimable à chaque être humain, et vous retrouvez ce petit enfant que vous êtiez qui tente de recueillir l’eau d’une fontaine dans ses mains. Assoiffés de sens et de beauté, vous tendez vous aussi vers ces paroles régénératrice comme vers ces notes de musiques qui viennent interrompre quelques secondes la voix claire de l’interprète.

Une heure et demie de spectacle, une heure et demie de délice littéraire et musical, qui vous coupe de vos préoccupations du quotidien, et vous entraîne dans ce fort intérieur que vous ignorez si souvent. Plus de mondanités, rien de superficiel, simplement vous et le silence d’une page qui se tourne. Une ouverture de la saison culturelle unique qui augure bien d’autres surprises de qualité.

IMG_2250 copie

Anne-Laure Gatin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *