Automobile

Salon de l’Auto Genève : Fort Boyard s’exporte en Suisse

Salon de l'auto GenèveIl est des salons automobiles comme le salon de l’Auto Genève dans lesquels le décor vous plonge dans un abîme lugubre. Une fois la vigie Presse passée, le gardien du Fort — dont l’allure me fait plus penser à celle de La Boule que d’Olivier Minne — effectue les derniers contrôles de sécurité. Certains candidats sont retenus, d’autres seront gentiment mis en geôle le temps d’effectuer les contrôles nécessaires. Le gong retentit, je me lance à travers une folle aventure. Je m’empare d’un triste plan incompréhensible, pour ne pas dire illisible, et me voici jeté tel un gladiateur dans la cage aux lions, prêt à affronter les questions redoutables des Pères-Fouras : “Avez-vous cet objet dont tout le monde rêve, de couleur jaune avec gravé dessus un numéro de série…” sous-entendu “Montrez-moi votre carte de Presse !”. Curieuse vérification… En effet, selon les rumeurs, des commerciaux se seraient infiltrés dans le Fort réservé à la Presse pour cette occasion. Après avoir résolu cette énigme élémentaire, le Père-Fouras, qui dans sa version Helvétique ressemble plus à Patricia Kaas, me tend une clé. Attention, pas n’importe quelle clé… Il s’agit d’une Clé USB Ferrari de 2 Giga-octets — capacité sûrement proportionnelle aux performances des bolides de la firme de Maranello — en guise de dossier de Presse. Ces clés USB sont le Graal à retirer à l’issue des nombreuses épreuves. Le temps Presse et Passe-temps me rappelle qu’il faut avoir un total de 70 Go pour pouvoir accéder à la salle des trésors. Fiat utilise le faux prétexte écologique pour se dispenser de donner une clé — on regrette les bons vieux dossiers de presse version papier— et me remet une carte où figure l’adresse du site Presse du groupe automobile. A ce rythme là, je ne suis pas prêt de sortir du Fort… Des clés de toutes les formes, de toutes les couleurs, des plus classiques, chez Renault avec 2 Go, aux plus originales, déclinées en cartes pour MINI avec 4 Go — Mini mais costaud ! Même capacité pour Citroën avec sa clé faite de matériaux nobles et sobres. Idem pour Volvo qui joue la touche élégante scandinave aux formes minimalistes. Des plus généreuses comme aux plus minables en matière de stockage avec la clé Toyota qui affiche à peine 1 Giga.

Je continue mon périple, à travers le dédale des constructeurs, à la recherche d’une clé de voiture ou dans l’espoir d’obtenir une voiture à la clé et non un vulgaire porte-clés. En quête de la vraie clé qui m’emmènera sur les Champs à défaut de prendre la clé des Champs. Pas de clé de chez General Motors, Land Rover ou Jaguar que l’on mettrait sous la porte… Plutôt une clé qui se placerait dans le contact, à gauche, de préférence. Cette clé pourrait être celle que Porsche m’a remise lors des essais de la Panamera à Avignon. Parfaite imitation de la clé d’une Panamera, disponible chez Porsche Design Driver’s Selection, en version clé USB de 4 Go, que j’aurais volontiers inter-changé avec celle de la Panamera turbo. Il me manque encore quelques Gigas pour sortir du Fort, je décide donc de sacrifier les quelques clés que j’ai en ma possession et sors ma dernière clé qui ne me quitte jamais : une clé, du nom de Xporter Rage, conçue par Patriot Memory, qui affiche 64 Go. Une clé qui a su traverser toutes les épreuves de ce Fort grâce à son connecteur rétractable, sans capuchon et un revêtement protecteur qui lui assure étanchéité. Une clé musclée, garantie à vie, qui a le don de tacler pas mal de ses adversaires.

Et c’est ainsi que Daniel a triomphé dans la fosse aux lions et qu’il s’apprête, tel Passe-Partout, à répondre à l’éternelle question de ses collègues : “Alors, combien de clés ?”

Daniel Latif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *