Politique, Société

Twitter conteste l’amende infligée par Ankara

Twitter a contesté ce jeudi devant un tribunal d’Ankara l’amende que lui ont imposée les autorités au motif d’avoir refusé de supprimer du contenu lié à de la « propagande terroriste » selon la qualification d’Ankara.

twitter

Les messages concernés seraient liés au PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), classé terroriste en Turquie, en Europe et aux Etats-Unis. Twitter avait été condamné par l’autorité de régulation des télécommunications BTK à payer une amende de plus de 150 000 lires turques (environ 46 000 euros) pour ne pas avoir supprimé les messages concernés à la demande des autorités.

C’est la première fois que les autorités turques attaquent Twitter en justice, bien qu’elles aient plusieurs fois bloqué temporairement le réseau social ces deux dernières années pour des motifs similaires. L’entreprise affirme que l’amende a été décidée sans base légale, tandis que le président Erdoğan a plusieurs fois exprimé son hostilité aux réseaux sociaux, en particulier Twitter, qu’il considère comme une « menace » où « se répandent les plus gros mensonges ». La Turquie figure également en tête du « Rapport de transparence » de Twitter, qui liste chaque année le nombre de demandes de suppressions de contenus qui lui sont transmises, loin devant la Russie, en seconde position.

La date limite pour le paiement de l’amende était fixée au 5 janvier, mais Twitter a affirmé qu’il « s’en tendrait à sa décision et prendrait désormais n’importe quelles mesures nécessaires ». Le gouvernement a quant à lui soutenu qu’il était « hors de question » de fermer les sites des réseaux sociaux, et chercher uniquement à ce que ceux-ci « agissent en conformité avec la loi ».

Coralie Forget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *